Bilan

L'app Abra veut devenir l'Uber de la banque

Une app sur smartphone pour zapper les grands réseaux et mettre les particuliers en relation directe et géolocalisée tout en prélevant une petite commission? A la manière d'Uber pour les transports, la startup Abra propose de se passer des banques.
  • Abra utilise un système de géolocalisation de ses interlocuteurs de terrain, les "tellers" (guichetiers) pour que chacun puisse savoir à qui s'adresser.

    Crédits: Image: DR
  • Avec la géolocalisation des "tellers", chaque utilisateur peut comparer, avant de réaliser son transfert, leur proximité mais aussi la commission prélevée par chacun d'entre eux.

    Crédits: Image: Abra
  • Les fondateurs d'Abra veulent révolutionner le monde des transactions financières en se passant des banques.

    Crédits: Image: Abra

«La banque traditionnelle est vraiment efficace pour servir les 5 à 10% de consommateurs mondiaux qui atteignent un certain niveau de revenus. Mais la réalité c'est que la majorité de la planète vit une économie basée sur le cash et que les banques ne fonctionnent pas pour ces personnes»: ce constat signé Bill Barhydt, spécialiste des paiements en ligne, l'a poussé à lancer sa propre startup voici quelques mois. Avec Abra, il entend révolutionner l'univers des transferts d'argent et permettre à de nombreux clients de se passer des banques.

En se penchant sur le système, force est de constater que le modèle Uber l'a inspiré: une app mobile utilisant un système de géolocalisation pour mettre en relation des acteurs capables de se fournir un service, qu'il s'agisse de particuliers ou de professionnels utilisant l'application. Principal atout avancé par Bill Barhydt et son équipe: des commissions réduites à 0,25% des sommes transférées, alors que les acteurs traditionnels imposent des taux largement plus élevés, comme 10% pour Western Union sur les transactions internationales. Avec Abra, le taux est donc largement réduit, même si l'opération doit transiter par un «teller» (guichetier inscrit et référencé sur le portail web) qui lui-même prélève une commission de son choix (avec plafonnement recommandé par Abra à 1,75%, soit 2% en tenant compte de la commission Abra).

Plus besoin de compte en banque

Si d'autres apps et services en ligne ont déjà remué le secteur ces dernières années avec l'émergence d'un vaste écosystème du paiement mobile et des transferts de fonds internationaux dans le milieu de la fintech, la quasi-totalité des solutions jusqu'alors émergées nécessitaient de disposer d'un compte bancaire. Avec Abra, ce prérequis est balayé: toute personne peut s'adresser à un «teller» dans son environnement proche pour déposer ou retirer de l'argent liquide, grâce à une transaction validée par l'app et confirmée avec un QR code que les deux parties reçoivent et doivent scanner.

Si des sommes en cash peuvent ainsi venir créditer les comptes des utilisateurs de l'app, Abra fonde aussi beaucoup d'espoirs sur le Bitcoin et sa blockchain, qui doivent favoriser le développement de l'app hors des circuits financiers traditionnels. Ainsi, ce modèle de transfert d'argent échappe à toutes les réglementations en vigueur jusque-là et notamment les accords de Bâle III. Tout repose sur la confiance des utilisateurs de l'app dans le système proposé par Bill Barhydt et son équipe. Dans un marché des transferts de fonds entre particuliers estimés à 550 milliards de dollars par an, le développement d'un tel succès vient potentiellement bouleverser les règles. Comme Uber (mais aussi Lyft et les autres sociétés de VTC) a révolutionné l'univers des transports.

Succès pour Abra dans les conférences et festivals

Présentée lors du festival Launch à San Francisco au printemps, Abra a rencontré un grand intérêt, rafflant les récompenses et les soutiens, notamment en matière d'investissement. Rapidement, l'app a été lancée sur iOS et Android. Et le succès a été renouvelé quelques semaines plus tard lors de l'événement XFinance à New York.

 

Outre la facilité de transfert des sommes d'argent et l'inutilité de disposer d'un compte bancaire, Abra assure aussi que les comptes des utilisateurs simples ne comportent aucune collecte de données privées: seuls les tellers font l'objet d'une étude plus approfondie destinée à garantir le sérieux de ces interlocuteurs. Autre avantage avancé par Bill Barhydt et ses associés: chaque somme transférée ou déposée sur l'app est évaluée en dollars et sa valeur est garantie à l'identique pour trois jours, épargnant aux utilisateurs toute mauvaise surprise liée aux effets de change.

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."