Bilan

L'ancien président de la BNS critique la politique de la BCE

La politique ultra souple de la Banque centrale européenne (BCE) a des conséquences fatales, selon l'ancien président de la BNS Jean-Pierre Roth.

L'abandon du taux plancher de l'euro à la mi-janvier était une décision douloureuse mais juste, estime M. Roth.

Crédits: Keystone

L'ancien président de la Banque nationale suisse (BNS) Jean-Pierre Roth critique la politique ultra souple de la Banque centrale européenne (BCE). Celle-ci a des conséquences fatales, a averti mardi le Valaisan dans un entretien radiophonique.

"Je crois que la politique de la BCE est allée trop loin", a dit M. Roth sur les ondes de la radio alémanique SRF. L'Europe ne peut pas résoudre ses problèmes économiques à l'aide d'un flot d'argent bon marché, selon lui.

"L'appétit de réformes n'est plus là. On n'a pas besoin d'une nouvelle politique monétaire plus expansive en Europe. On a besoin de réformes", a dit le président du conseil d'administration de la Banque cantonale de Genève, qui a dirigé la BNS de 2001 à 2009.

Mario Draghi, le président de la BCE, a annoncé récemment que face à une économie déprimée et une inflation désespérément basse en zone euro, la BCE va "réexaminer" lors de la réunion du conseil des gouverneurs de décembre le calibrage de sa politique monétaire. Cette ouverture accrue des vannes pourrait mettre de nouveau le franc sous pression.

Dans le contexte de la politique actuelle de la BCE, Jean-Pierre Roth apporte son soutien au président du directoire de la BNS, Thomas Jordan. L'abandon du taux plancher de l'euro à la mi-janvier était une décision douloureuse mais juste, estime M. Roth.

D'une manière générale, la capacité d'adaptation de l'économie suisse est fortement sous-estimée, a poursuivi l'ancien dirigeant, faisant allusion aux derniers chiffres relatifs à la croissance helvétique. Ceux-ci ne sont pas si mauvais.

Au deuxième trimestre, contrairement aux prévisions, l'économie nationale n'est pas tombée en récession, mais elle a au contraire crû de 0,2%. Pour l'ensemble de l'année, la BNS prévoit une croissance d'un peu moins de 1%.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."