Bilan

Julius Bär: moins d'argent frais mais une meilleure rentabilité

Le gestionnaire de fortune Julius Bär a vu la croissance de sa masse sous gestion perdre de l'altitude au cours des quatre premiers mois de l'année. Son attraction de nouveaux fonds s'est faite à des niveaux plus faibles que prévu. Par contre, la rentabilité s'est améliorée en comparaison annuelle.

Crédits: Keystone

A fin avril, la masse sous gestion est tombée à 392 milliards de francs, ce qui représente une chute de 8% depuis le début de l'année, selon un communiqué de l'établissement zurichois paru mardi. Cette baisse se manifeste dans un contexte de crise des marchés financiers due à l'épidémie de coronavirus. Ce résultat est pratiquement conforme aux attentes des analystes interrogés par AWP qui tablaient sur 393 milliards.

Les entrées nettes d'argent se sont établies légèrement en dessous des prévisions. Leur croissance a été un tantinet supérieure à 2%. Les analystes escomptaient en moyenne 2,2%.

Quant à la marge brute elle s'est fixée à 95 points de base (pb). Bien que particulièrement forte en mars, la marge brute de chacun des quatre mois a été nettement supérieure aux 82 points de base enregistrés pour l'ensemble de l'année 2019, explique le communiqué. Les attentes des analystes sont ici battues (84 pb).

Cession aux Bahamas


Grâce aux charges d'exploitation qui ont baissé suite à l'achèvement du programme de réduction des coûts de 2019, le ratio coûts/revenus ajusté témoigne d'une embellie significative, passant de 71% à 64% pour l'ensemble de l'exercice 2019.

Dans le cadre de son programme triennal Julius Bär a annoncé la fermeture de son centre de comptabilisation aux Bahamas. Les activités restantes seront cédées à la société Ansbacher. Près de 1 milliard de francs d'actifs sous gestion sont concernés. Les deux parties ont convenu de ne pas divulguer le prix de la transaction.

Parallèlement le groupe a donné un coup d'accélérateur aux investissements en cours dans les services à la clientèle et à la connectivité. Julius Bär a aussi fait progresser son projet d'introduction à l'échelle du groupe du "code d'éthique et de conduite des affaires", souligne le communiqué.

En février, la Finma, l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers, avait identifié de graves lacunes dans la lutte contre le blanchiment d'argent au sein de la banque zurichoise sur la période allant de 2009 à 2018.

Au cours des quatre premiers mois de 2020, la capitalisation du groupe s'est sensiblement amenuisée en raison de la réévaluation des obligations de pension. Fin avril, le ratio de fonds propres durs (CET1) s'est établi à 13,8% (14,0% à fin 2019).

Deux tranches pour le dividende


A la demande de la Finma les actionnaires de Julius Bär ont approuvé lundi le paiement du dividende prévu pour 2020 en deux tranches distinctes. En outre Julius Bär a suspendu le programme de rachat d'actions en cours depuis mars.

Dans leurs premières réactions, les analystes ont été surpris favorablement par l'élan de la marge brute, contrairement à UBS qui estime que les attentes du marché étaient clairement trop faibles.

La Banque cantonale de Zurich (ZKB) note qu'en termes de marge opérationnelle et d'efficience Julius Bär a créé d'excellentes surprises mais que l'enthousiasme pour l'afflux d'argent frais en revanche est lui beaucoup plus limité. La question clé consiste à savoir où l'activité des clients va se stabiliser après un mois de mars exceptionnel.

Avis plus mitigé de Vontobel, pour qui la marge brute plus élevée constitue le principal moteur de ces bons résultats. Les frais d'exploitation, plus faibles, doivent eux aussi être considérés de manière positive.

Mais attention avertit la banque des bords de la Limmat: le reste de l'exercice devrait être beaucoup plus difficile. Le recul des actifs moyens pourrait être sous l'influence d'une baisse des taux d'intérêt en dollars et d'une possible chute de l'activité des clients.

A 13h50 la nominative Julius Bär se positionnait en numéro deux parmi les valeurs vedettes, juste derrière Sonova, devançant largement les autres valeurs cotées sur le SLI, en décollant de 4,4% à 38,57 francs, alors que l'indice SLI ramait loin derrière, ne gagnant que 0,71%.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."