Bilan

Investir avec sélectivité: quatre idées

Thomas Veillet, fondateur d’investir.ch, conseille quatre placements pour créer une allocation diversifiée de vos actifs en toute sécurité.
  • Le plus important pour vos placements? Trouver des gérants de qualité, qui maîtrisent leurs fonds.

    Crédits: Jaques Vallotton

Il y a six ans, plus personne ne voulait investir dans quoi que ce soit. Tous pensaient que nous ne serions jamais capables de nous remettre de la crise économique. Aujourd’hui, en mai 2015, nous sommes dans l’an 6 du Bull Market et il semble intéressant de se poser la question suivante: «Où dois-je investir?»

Les taux d’intérêt sont négatifs dans certains cas, le marché des actions est au plus haut. Il est donc délicat de sélectionner ses investissements. En même temps, il est impossible de laisser son argent sur son compte en banque, à moins de vouloir payer un loyer à sa banque. Il semble intéressant d’aller à la recherche de quelques fonds d’investissement avantageux. 

Obligations

Ce n’est pas toujours la partie la plus «fun» d’un portefeuille, mais il fallait dénicher quelque chose qui permette de gérer son cash et d’avoir un rendement. Le premier fonds que nous sélectionnons est le 20UGS TCW Unconstrained Plus Bond Strategy, géré par la société américaine TCW, spécialisée dans la gestion obligataire.

Avec près de 175  milliards de dollars sous gestion, c’est un «gros joueur» du marché obligataire, mais pas assez gros pour que ce soit un handicap. Sa flexibilité lui permet de sélectionner des positions de choix, sans être trop concentré sur l’aspect macroéconomique global. Son produit est le reflet des meilleures idées de leurs meilleurs gérants.

La stratégie et le modèle de gestion de ce fonds lui permettent d’avoir une duration très faible (1  an). Historiquement, sa volatilité est très basse. Son maître mot?
La flexibilité. Actuellement, la hausse des taux est proche aux Etats-Unis. Le fonds TCW a la chance d’être bien positionné tactiquement et de pouvoir agir rapidement en fonction des décisions à venir de la Fed américaine – et il ne sera que très peu affecté, étant donné sa duration très courte.

Il est composé de produits de qualité: seuls 22% du portefeuille ont une notation inférieure à B. Cette stratégie est une excellente alternative pour la gestion du cash. Il existe en plusieurs monnaies et est protégé contre les variations de change. Ce produit est commercialisé en Suisse par la société Bedrock via son ombrelle UCITS IV (Lux) 20UGS. Vous pouvez acheter ou vendre des parts tous les jours et l’investissement minimum est de 5000  francs.

Obligations convertibles

Ensuite, il fallait trouver un parfait tampon pour les changements de situations de marché. Un bon exemple: le fonds MFM Global Convertibles, géré par la société Mirante Fund Management basée à Lausanne. Ce fonds affiche une volatilité de 4,7%. Comment fonctionne une convertible?

En résumé, cette obligation apporte un rendement, comme une obligation normale, et peut – selon certaines conditions – être convertie en actions. La situation actuelle, avec un environnement de taux bas, rend ce fonds spécialement attractif en ajoutant le «petit plus de la composante optionnelle» et son lien intime avec les actions.

La gestion convertible n’est pas la panacée, ni Le système qui permet de gagner à tous les coups. Mais ce produit offre une charnière idéale qui vous permet de mettre le curseur sur «plus d’obligataire» ou «plus d’actions». Mais alors, pourquoi acheter un fonds convertible quand on peut acheter directement des obligations convertibles?

Parce qu’il est plus simple de se reposer sur l’équipe de MFM car la sélection d’un convertible est un métier et il faut admettre que seuls très peu d’investisseurs sont capables d’affirmer avoir fait eux-mêmes une bonne sélection dans ce type de classe d’actifs.

Bien géré, un fonds «global convertible» offre une sensibilité aux taux plus basse, la possibilité de profiter de la hausse des actions de manière exponentielle tout en ayant un amortisseur en cas de baisse, offert par la partie obligataire. Le fonds MFM Global Convertible Bonds a affiché une meilleure performance que le marché global des actions sur les onze dernières années avec une volatilité et un stress nettement inférieurs.

Les investissements sont de grande qualité, la liquidité est journalière, et les parts du fonds, qu’elles soient en dollars, en euros ou en francs suisses, sont hedgées contre les variations monétaires. 

Actions

Lorsqu’on cherche autre chose que les fonds classiques offerts par les grandes banques qui font de la gestion industrielle, le fonds Bovay Partenaires attire immédiatement le regard. Son concept séduira tous ceux qui apprécient les vieux principes de gestion, comme la vision à long terme ou encore le bon sens, trop souvent absent dans la gestion moderne.

L’équipe de Bovay Partenaires, basée à Lausanne, a constitué un portefeuille d’actions en partant du principe que certaines actions, indéboulonnables, seront toujours là. Ils se son donc concentrés sur quelques grandes valeurs, principalement suisses, pour le cœur du portefeuille, ainsi que sur des secteurs défensifs (pharmaceutique et alimentaire).

Les trois principales positions représentent environ 30% des actifs et sont des incontournables. Aussi longtemps que Nestlé sera Nestlé, le gestionnaire conservera cette exposition. De même pour Roche ou Novartis. Le gestionnaire a conservé une part importante de liquidités afin de profiter des opportunités qui se présenteront dans le futur.

En investissant dans ce fonds, on achète en une fois ce qui a fait la force de la gestion de fortune traditionnelle suisse. Cette force correspond à une approche coeur-satellite, soit des investissements dans des «blue chips» de renommée internationale comme fondation solide, et pour agrémenter le tout, quelques sociétés un peu plus «exotiques» en tant que satellites.

Le gestionnaire ne recherche ni de l’alpha, ni du bêta, ni de frontière efficiente. Il tend à une plus-value à long terme au détriment de performances extraordinaires, rarement positives sur la durée. La durée, c’est le maître mot. Ce fonds a pour intention de ne pas se laisser déconcentrer par le «bruit du marché» à court terme.

Entreprises familiales

Le fonds géré par Marc Saint John Webb et Philip Best de chez Argos Managers est basé sur la logique. Leur précepte: tant que la famille fondatrice est massivement investie dans le capital d’une entreprise, le succès est pérenne.

Evidemment, si une famille a son capital investi dans sa société, elle a tout intérêt à ce que cela fonctionne. Ce qui n’est pas toujours le cas pour un CEO qui touche un bonus d’entrée et un bonus de sortie… Les deux gérants suivent attentivement la gouvernance – la famille doit posséder 20% du capital, la société doit peser entre 200  millions et 4  milliards et doit contrôler le conseil de surveillance.

Le gérant visite toutes les sociétés dans lesquelles il investit. Il est important de connaître les détails qui font la différence, où est la machine à café, est-ce que la porte du CEO est ouverte ou fermée... La connaissance et la compréhension de l’entreprise sont leurs fers de lance.

Actuellement, ils ont 65 positions dans leur fonds, une vision plutôt à long terme, veulent battre les indices avec des sociétés décorrélées du reste de l’univers. Argos Family Fund utilise une stratégie fondamentalement originale, logique et qui est fort séduisante.

Avec ces quatre fonds vous avez tout ce qu’il faut pour bien faire. Et, surtout, des gérants de qualité.

Veillet Thomas
Thomas Veillet

FONDATEUR INVESTIR.CH

Lui écrire

Thomas Veillet, 48 ans et des poussières, plus de vingt ans dans des salles de trading, blogueur, trader, râleur et plein d’autres choses. Thomas a passé pas mal de temps dans les grandes banques de la place, a été un banquier conforme avant de passer au non-conformisme. La création du «Morningbull» aura été le début d’un changement de direction vers plus d’indépendance. Aujourd’hui, il essaie de vulgariser le monde de la finance et de le raconter avec un angle décalé, histoire de prouver que ça peut aussi être drôle. Il y a bientôt deux ans, il a co-fondé le site Investir.ch, qui s'est rapidement imposé comme un des sites financiers romands - un site qui parle de finance sans détour, sans artifice et qui a une forte tendance à penser "outside the box" quand tout le monde est inside...

Du même auteur:

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."