Bilan

Enchères: les lettres de célébrités peuvent rapporter gros

Les collectionneurs et les maisons de vente sont toujours à la recherche de correspondances intimes. Mais toutes les signatures ne se valent pas.

  • Gabrielle Chanel (1883-1971). Cette photographie dédicacée et une lettre autographe de Coco Chanel au danseur Serge Lifar ont été achetées 425 000 francs. Un record mondial!

    Crédits: DR
  • Jean Cocteau (1889-1963). Deux lettres manuscrites de 1955 à Coco Chanel: «Ma Coco/ Bien sûr que je te verrai, peut-être avant même que ces lignes ne te parviennent…» Elles se sont vendues 67 000 francs.

    Crédits: DR

Combien peut valoir une petite lettre de bons vœux de fin d’année écrite par une célébrité? Tout dépend qui l’a signée et où elle est vendue. Il y a dix ans, le bout de papier avec cette phrase «Cher Monsieur Thormeyer, en vous souhaitant une très bonne année de la part de celui que vous appelâtes un jour «âne» avait battu tous les records. Les enchères étaient montées jusqu’à 80000 francs chez l’Hôtel des Ventes Piguet à Genève! Son signataire n’était autre que Nicolas II, le dernier tsar de Russie. Le souverain s’adressait à son précepteur suisse, l’homme qui lui avait appris le français.

Mais toutes les signatures ne se valent pas. Une lettre manuscrite de l’Allemand Jacob Grimm, illustre auteur, avec son frère Wilhelm, des livres de contes pour enfants, s’est vendue seulement 300 francs en 2020. Pourquoi cet énorme écart de valorisation?

Le XXe siècle est très prisé

«Il y a trois principales raisons d’intérêt pour ce genre d’objets: la personnalité du signataire, le contenu de la correspondance et sa rareté», explique Bernard Piguet. Le propriétaire, avec son épouse, de la maison de vente aux enchères du même nom relève la préférence des clients pour toutes les pièces qui concernent la vie intime des personnages illustres.

Quant à la période favorite du plus grand nombre, c’est plutôt le XXe siècle, dont les célébrités sont mieux connues de la plupart des clients, surtout des plus jeunes. «Nous vivons à une époque d’image de marque. Picasso et Chanel en sont les exemples les plus parlants. Posséder donc un objet qui leur a appartenu intéresse vivement les gens», souligne Claire Piguet. L’historienne note par ailleurs la préférence pour les lettres d’artistes, car souvent illustrées de leurs dessins.

Le scandale Aristophil

Exit donc les grandes correspondances intellectuelles du XVIIIe, dit «le siècle des Lumières»? «Celles qui ont fait l’objet de publication, ou qui sont numérisées et accessibles en ligne, ne sont clairement pas aussi courues. D’où leurs prix abordables pour les connaisseurs et collectionneurs à petit budget», note Bernard Piguet. 

Mais ce dernier souligne qu’internet n’a pas été le seul «fossoyeur» des prix. Ces derniers ont fait leur grand plongeon en 2015. En cause, le scandale Aristophil, du nom de la société qui a ébranlé la valorisation des manuscrits par la bulle spéculative qu’elle a créée dès les années 2000. A travers des intermédiaires financiers, l’entreprise française avait encouragé 18000 épargnants à investir quelque 850 millions d’euros dans des lettres et manuscrits. Ainsi, la forte demande artificiellement engendrée avait favorisé l’envolée des prix, puis leur spectaculaire chute en 2015, lors de la liquidation de la société et la traduction en justice de ses responsables pour escroquerie en bande organisée.

A la recherche de pièces rares

Aujourd’hui, le marché a repris ses esprits et le secteur s’est stabilisé. La bonne nouvelle, c’est que les maisons de vente aux enchères sont toujours à la recherche de pièces rares. «La correspondance de Ferdinand Thormeyer avec la famille impériale russe a été trouvée dans le grenier par l’un de ses descendants. Il voulait d’abord la jeter, puis nous l’a, heureusement, apportée. Dans le doute, mieux vaut faire expertiser ses pièces. Nul n’est à l’abri d’une bonne surprise», sourit Claire Piguet.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."