Bilan

Inde: naissance du quatrième groupe bancaire privé

Le cinquième groupe bancaire privé indien Kotak Mahindra Bank a annoncé qu'il allait absorber son concurrent ING Vysya. Cette fusion donne naissance au quatrième groupe bancaire privé en Inde, en total d'actifs.

Le nouveau groupe, baptisé Kotak, "disposera de 1214 agences largement réparties dans toute l'Inde (...)", ont commenté les deux groupes dans un communiqué diffusé jeudi soir.

Crédits: Dhiraj Singh/Bloomberg

Le cinquième groupe bancaire privé indien Kotak Mahindra Bank a annoncé qu'il allait absorber son concurrent ING Vysya, partiellement détenu par le néerlandais ING, donnant naissance à un nouveau poids lourd de la banque dans un secteur encore fragile en Inde.

Cette fusion donne naissance au quatrième groupe bancaire privé en Inde, en total d'actifs, selon les calculs du quotidien Business Standard.

Le nouveau groupe, baptisé Kotak, "disposera de 1.214 agences largement réparties dans toute l'Inde, lui donnant plus d'ampleur et de profondeur étant donné leur complémentarité géographique", ont commenté les deux groupes dans un communiqué diffusé jeudi soir.

Cette fusion "ouvre la voie à un acteur des services financiers plus important et meilleur avec de fortes racines indiennes et des services de niveau international", a réagi Uday Kotak, directeur opérationnel de Kotak Mahindra Bank cité dans le communiqué.

Le groupe néerlandais ING, qui disposait de 42,7% d'ING Vysya, possèdera 7% du nouvel ensemble à l'issue de ce rapprochement qui se fait par échange d'actions, a-t-il indiqué dans un communiqué séparé.

"ING et Kotak entendent étudier de possibles coopérations transfrontalières", selon le communiqué du groupe néerlandais.

Cette fusion doit encore recevoir le feu vert de la banque centrale indienne (RBI) et des autorités de la concurrence.

Elle intervient dans un marché où les grandes banques publiques sont largement fragilisées par un important portefeuille de créances douteuses - nombre de groupes indiens étant très endettés - et alors que la croissance repart doucement.

Le patron du premier groupe bancaire privé indien HDFC, Deepak Parekh, a salué cette fusion, estimant qu'une consolidation du secteur bancaire indien était indispensable.

"Une consolidation est nécessaire en Inde. Nous avons besoin de plus grosses banques. Nous espérons que le gouvernement va également donner le coup d'envoi à la consolidation des banques du secteur public", a-t-il dit au quotidien Economic Times.

Cette fusion intervient alors que la banque centrale indienne a récemment accordé deux nouvelles licences bancaires, en particulier pour renforcer la présence bancaire dans les zones les moins équipées.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."