Bilan

HSBC Suisse creuse ses pertes au premier semestre

HSBC Private Bank Suisse, principalement actif dans la gestion de fortune, a creusé ses pertes au premier semestre. L'établissement genevois demeure embourbé dans différents litiges juridiques.

L'établissement n'a toujours pas réussi à redresser son activité de banque privée, son coeur de métier. 

Crédits: keystone

Les activités suisses du géant bancaire britannique HSBC ont une nouvelle fois bouclé dans le rouge au premier semestre. HSBC Private Bank Suisse, principalement actif dans la gestion de fortune, a creusé ses pertes. L'établissement genevois demeure embourbé dans différents litiges juridiques.

Lors des six premiers mois de l'année, HSBC Suisse a dégagé une perte avant impôts de 46 millions de dollars, à comparer à celle de 38 millions subie au premier semestre 2017, selon les indications fournies dans le rapport intermédiaire publié lundi.

L'établissement n'a toujours pas réussi à redresser son activité de banque privée, son coeur de métier. La division Global Private Banking a ainsi essuyé une perte avant impôts de 65 millions. L'année dernière, cette activité avait débouché sur un résultat de -39 millions.

Le Corporate Centre de la filiale helvétique de HSBC a tiré la performance vers le haut, avec un bénéfice de 18 millions de dollars, multiplié par 18 sur un an. Contactée par AWP, la banque n'a pas souhaité commenter ces chiffres.

La banque genevoise a connu des années difficiles, marquées notamment par le vol de données de l'ex-informaticien Hervé Falciani en 2007 et leur diffusion dans les médias en 2015. Ces fuites baptisées SwissLeaks avaient permis de mettre au jour un système de fraude fiscale.

Démêlés fiscaux

Le groupe HSBC a adopté en 2010 une nouvelle stratégie visant à limiter le nombre de marchés à 20, contre 150 auparavant. Cette restructuration de l'activité - et la réduction du nombre de clients liée - a passablement pesé sur les résultats de HSBC Suisse depuis l'éclatement de l'affaire, comme ce fut encore le cas l'année dernière.

Si l'affaire Falciani constitue le dossier le plus connu, HSBC Suisse doit encore régler passablement de litiges. La banque genevoise figure toujours en catégorie 1 du programme fiscal américain, à l'instar de Pictet ou des banques cantonales de Zurich et de Bâle.

Les autorités fiscales en Belgique, Argentine, Inde et Espagne mènent encore des enquêtes à l'encontre de la filiale helvétique de HSBC, pour des faits présumés de fraude fiscale, de blanchiment d'argent et de démarchage illicite, précise le rapport.

HSBC est également impliqué dans les enquêtes menées en Suisse autour de la manipulation de taux de change et des taux d'intérêts de référence, Libor et Euribor notamment.

Le groupe HSBC a dégagé un bénéfice net de 7,17 milliards de dollars, en hausse de 2,5% sur un an. Dans l'activité de banque privée, les entrées nettes d'argent ont atteint 9 milliards de dollars, la Suisse figurant parmi les principaux contributeurs.

Le rapport annuel souligne également la poursuite de la bonne dynamique pour les mandats de conseil et discrétionnaires, mentionnant la Suisse parmi les pays affichant une "forte croissance"

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."