Bilan

HSBC n'a "pas d'appétit" pour des clients qui violent la loi

Le directeur général (CEO) de HSBC Private Bank, Franco Morra, fait amende honorable après les révélations du contenu des données soustraites par Hervé Falciani.

Le patron de l'établissement genevois (à droite) affirme que la haute direction a procédé à une refonte complète de ses activités, passant également par la clôture de comptes de clients qui ne répondent pas aux "standards élevés" de HSBC Private Bank.

Crédits: Iris C. Ritter

Le directeur général (CEO) de HSBC Private Bank, Franco Morra, fait amende honorable après les révélations du contenu des données soustraites par Hervé Falciani. Le CEO souligne que sa banque a entamé une "transformation radicale" dès 2008 afin d'éviter que ses services "soient utilisés pour l'évasion fiscale ou pour du blanchiment d'argent".

"Nous n'avons pas d'appétit pour les affaires avec des clients ou des clients potentiels qui ne respectent pas nos normes de conformité de criminalité financière", a indiqué M. Morra dans une prise de position écrite envoyée à AWP.

Le patron de l'établissement genevois affirme que la haute direction a procédé à une refonte complète de ses activités, passant également par la clôture de comptes de clients qui ne répondent pas aux "standards élevés" de HSBC Private Bank.

Les informations révélées par différents médias, dont "Le Temps", "L'Hebdo" et "Le Matin Dimanche" en Suisse, sont la preuve pour M. Morra que "le vieux modèle d'affaires des banques suisses n'est plus acceptable".

Plus de 50 médias internationaux ont publiés dimanche et lundi le résultat d'une enquête approfondie dénommée "Swissleaks" sur les données volées en 2008 par l'informaticien Hervé Falciani, ex-employé de HSBC Private Bank. Ces documents, transmis au Consortium international des journalistes d'investigation par le quotidien "Le Monde", ont été épluchés par 140 journalistes.

"Swissleaks" lève le voile sur les comportement passé de l'établissement genevois, qui comptait des clients coupables d'évasion fiscale voire qui entretenaient des activités criminelles. HSBC Private Bank aurait également abrité des comptes de personnalités politiques sulfureuses, dont certaines accusées de s'être enrichies illégalement.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."