Bilan

HSBC: les médias découvrent l'ampleur de la fraude

Un vaste fichier enfin à disposition des journalistes: les comptes bancaires et la fraude fiscale d'un certain nombre de clients HSBC Suisse s'étalent dans les médias. Mais aussi quelques autres affaires suspectes dans les fichiers de la banque.

Les médias ont pu consulter les fichiers Falciani remis par les autorités françaises.

Crédits: Image: AFP

Révélations: le mot revient sans cesse à la une des médias suisses et français ce lundi matin. «Ce que révèlent les fichers Falciani» titre Le Temps en une. «SwissLeaks: révélations sur un système international de fraude fiscale», clame pour sa part Le Monde. «Les fichiers Falciani révèlent des actes "criminels" d'HSBC Suisse» titre L'Hebdo. «HSBC: un système de fraude fiscale massive dévoilé» assène Libération.

Evidemment, les médias ayant pris part à l'analyse des fichiers s'en donnent à coeur-joie. En Suisse, Le Matin Dimanche, L’Hebdo, la SonntagsZeitung, le Tages-Anzeiger et Le Temps ont pu avoir accès aux fichiers informatiques mis à disposition du Consortium International des Journalistes d'Investigation (ICIJ), mis à disposition par Le Monde.

Les people à la loupe

Mais les autres médias ne sont pas en reste.  Ainsi, la RTS ouvre sur «Swissleaks, ou les pratiques bancaires contestables de HSBC», tandis que Le Matin se focalise sur les stars: «SwissLeaks: Gad Elmaleh et Elle McPherson mentionnés», quand la Tribune de Genève préfère le roi du Maroc au top model: «De Gad Elmaleh à Mohamed VI, les arcanes de la fraude fiscale».

Pour Stéphane Benoit-Godet, rédacteur en chef du Temps, «les noms qui figurent dans les fichiers Falciani n'ont, la plupart du temps, aucun intérêt. Avoir un compte dans une banque en Suisse a longtemps été un moyen, pour des citoyens étrangers fortunés, de se protéger de l'instabilité économique dans leur pays, quand il ne s'agissait pas de persécutions». Pour sa part, Titus Plattner, du Matin Dimanche, rappelle que «des enquêtes sont toujours en cours, notamment pour trafic international de stupéfiants, association de malfaiteurs, trafic, revente de produits stupéfiants commis en bande organisée et contrebande».

Dans Le Monde, Alexandre Léchenet, Simon Piel et Anne Michel détaillent un certain nombre de cas de célébrités: de l'humoriste Gad Elmaleh au footballeur Christophe Dugarry, du photographe Peter Lindbergh au chanteur Philippe Lavil et de l'homme d'affaires fabien Ouaki (magasins Tati) au coiffeur Jacques Dessange, les auteurs distinguent ceux qui ont régularisé leur situation au regard du fisc de ceux qui n'ont pas souhaité s'exprimer.

Investigation ou commande du gouvernement français?

Mais ce dossier SwissLeaks interroge aussi sur les nouvelles méthodes d'investigation journalistique. Dans son éditorial de l'édition numérique de L'Hebdo, le rédacteur en chef du magazine Alain Jeanneret estime que cette opération SwissLeaks «témoigne en outre de nouvelles méthodes de travail journalistiques. On dit la presse exsangue, affaiblie dans son rôle de quatrième pouvoir. La collaboration de journalistes et de médias à l’échelle mondiale, le partage des informations et la mise en commun des ressources créent un nouveau rapport de forces entre les gouvernements, les grandes entreprises et la presse. C’est une bonne nouvelle».

Plus prudente, Myret Zaki, rédactrice en chef de Bilan, rappelle que «d'abord, ce n'est pas de l'investigation. Le terme plus approprié serait certainement «data journalisme». Ensuite, le problème de ces opérations coordonnées, c'est que la presse impliquée en devient uniforme, parle d'une seule voix, présente les faits à l'identique, et l'esprit critique se perd quelque part dans la masse des gigaoctets. On reçoit des données prêtes à l'emploi ? Alors on tape sur la cible sans se poser de questions. Et pendant ce temps, le gouvernement français s'offre une centaine de Unes officiant comme son bras de communication, et achevant son entreprise de dissuader à bon compte les fraudeurs fiscaux».

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."