Bilan

Goldman Sachs plombée par une lourde provision liée à la crise

La prestigieuse banque d'affaires américaine a été plombée au deuxième trimestre par une lourde provision de 1,45 milliard de dollars, liée à des litiges portant sur l'immobilier.

Le contentieux porte sur la vente par la banque de titres adossés à des prêts immobiliers, dont la valeur s'était effondrée au moment de la crise financière.

Crédits: Bloomberg

La prestigieuse banque d'affaires américaine Goldman Sachs a été plombée au deuxième trimestre par une lourde provision de 1,45 milliard de dollars, liée à des litiges portant sur l'immobilier, a-t-elle annoncé jeudi dans un communiqué.

Cette charge a entraîné une division par près de deux du bénéfice net trimestriel, à 1,05 milliard de dollars, contre 2,03 milliards un an plus tard. Ce résultat se traduit par un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du nord, de 1,98 dollar, contre 3,89 dollars attendus en moyenne par les analystes.

Goldman Sachs est en discussions avec les autorités américaines sur un versement de 2 à 3 milliards de dollars afin de solder des poursuites liées à ses pratiques avant la crise financière, selon des sources proches du dossier.

Le contentieux porte sur la vente par la banque de titres adossés à des prêts immobiliers, dont la valeur s'était effondrée au moment de la crise financière.

Bonne note dans les résultats: le chiffre d'affaires trimestriel. Il est de 9,07 milliards de dollars (-0,6%), soit mieux que les 8,78 milliards attendus en moyenne par les marchés.

A Wall Street, le titre Goldman Sachs, qui fait partie de l'indice vedette Dow Jones, reculait de 0,93% à 210,99 dollars dans les échanges électroniques avant-Bourse.

Le PDG Llyod Blankfein souligne que l'établissement de Wall Street a réussi à naviguer entre "les incertitudes concernant l'Union européenne".

"La plupart de nos activités continuent de bénéficier de l'amélioration des conditions économiques" aux Etats-Unis, ajoute-t-il.

Les fortes turbulences en Grèce se ressentent dans la performance des activités spéculatives, alors que les salles de marchés de Goldman Sachs sont parmi les plus demandées par les investisseurs.

Les revenus générés par le courtage ont reculé de 6% sur un an à 3,60 milliards de dollars. Le plongeon est de 34% comparé au premier trimestre.

Dans le détail, les très suivies activités de courtage d'obligations, de devises, de taux et de matières premières (FICC) ont généré des recettes de 1,60 milliard de dollars, en chute de 28%, en raison de faibles volumes d'activités. C'est davantage que chez JPMorgan Chase (-10%) et chez Bank of America (-9%).

Quant au courtage des actions, leurs revenus ont bondi de 24% à 2 milliards de dollars.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."