Bilan

Goldman Sachs: "Les épargnants ne thésaurisent pas de cash"

Alain Durré, chef économiste de Goldman Sachs à Paris, note que les effets des taux négatifs restent pour l'heure contenus et que les épargnants ne conservent pas de billets sous le matelas.

Alain Durré, chef économiste de Goldman Sachs à Paris.

Face au défi des taux négatifs, quels sont les principaux risques, et se sont-ils matérialisés, alors que 9000 milliards de dette gouvernementale offrent à l'heure actuelle des taux inférieurs à zéro? C'était le thème d'une conférence présentée dans le cadre du bicentenaire de la BCGE à Genève. Pour Alain Durré, économiste en chef du bureau Goldman Sachs à Paris, il existe trois principaux risques liés à la politique de taux d’intérêt négatifs.

Le premier est que les épargnants se mettent à conserver leur argent sous matelas, ou « le cash arbitrage ». Or selon l’expert qui était auparavant économiste principal au sein de la division Stratégie de politique monétaire de 2004 à 2014 à la BCE, on ne constate pas actuellement une demande en hausse pour le cash dans la zone euro. La demande pour les grosses coupures de billets d’euros est stable et donc la demande n’a pas réagi à la baisse des taux d’intérêts courts, jusqu’ici. Il note même une baisse globale de la croissance de la demande de billets (en particulier les coupures de 500 euros), alors que les taux sont de plus en plus négatifs. « En Suisse toutefois, on note une forte demande pour les grosses coupures », nuance-t-il.

Crédit à l'économie affecté? 

Le deuxième risque est un danger pour la stabilité financière. Celui-ci est lié à l’impact des taux négatifs sur la profitabilité des institutions financières. Pour l’instant, le système financier dans son ensemble semble tenir. Par exemple, Alain Durré souligne que les risques de sorties massives des fonds de placement restent théoriques pour l’heure en zone euro.  

Troisième risque, celui de voir la baisse de profitabilité des banques affecter le crédit à l’économie. Pour l’économiste en chef, ce risque n’est pas encore réel dans la zone euro, car les banques ont plutôt facilité le crédit aux entreprises ces deux dernières années et continuent de répercuter la baisse de taux d'intérêt dans le coût de l’argent qu’elles prêtent à l’économie. Alain Durré n’exclut pas une poursuite des baisses des taux d’intérêt de la facilité de dépôt de la BCE, si des développements adverses se manifestent au plan des taux de change. 

Si nombre de risques ont été contenus malgré les dangers des taux négatifs, Alain Durré doute qu’un retour à la normale soit aisé et possible à court terme, car « les banques centrales ont fortement augmenté leur intermédiation dans les marchés financiers ».

Zaki Myret
Myret Zaki

RÉDACTRICE EN CHEF DE BILAN de 2014 à 2019

Lui écrire

En 1997, Myret Zaki fait ses débuts dans la banque privée genevoise Lombard Odier Darier Hentsch & Cie. Puis, dès 2001, elle dirige les pages et suppléments financiers du quotidien Le Temps. En octobre 2008, elle publie son premier ouvrage, "UBS, les dessous d'un scandale", qui raconte comment la banque suisse est mise en difficulté par les autorités américaines dans plusieurs affaires d'évasion fiscale aux États-Unis et surtout par la crise des subprimes. Elle obtient le prix de Journaliste Suisse 2008 de Schweizer Journalist. En janvier 2010, Myret devient rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan. Cette année-là, elle publie "Le Secret bancaire est mort, vive l'évasion fiscale" où elle expose la guerre économique qui a mené la Suisse à abandonner son secret bancaire. En 2011, elle publie "La fin du dollar" qui prédit la fin de la monnaie américaine à cause de sa dévaluation prolongée et de la dérive monétaire de la Réserve fédérale. En 2014, Myret est nommée rédactrice en chef de Bilan. Elle quitte ce poste en mai 2019.

Du même auteur:

L'INSEAD délivre 40% de MBA en Asie
La bombe de la dette sera-t-elle désamorcée ?

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."