Bilan

Gare au risque de liquidité

ETF et fonds de placement n’échappent pas aux tensions actuelles sur les marchés financiers.

La liquidité est la capacité pour un investisseur de vendre à plus ou moins brève échéance un titre.

Crédits: Fotolia

Ces dernières semaines ont été marquées par des mises en garde contre la dégradation de la liquidité sur les marchés financiers, et notamment sur le marché obligataire, vulnérable à une hausse des rendements. Sur le marché des actions et des devises, les mouvements violents observés sur certaines séances du mois d’août attestent aussi de tensions sur la liquidité.

La liquidité des marchés financiers, c’est-à-dire la capacité pour l’investisseur de vendre à plus ou moins brève échéance un titre, s’est réduite depuis la sortie de crise. «Des facteurs comme le retrait des grandes banques faiseuses de marché, suite à la régulation, le poids croissant du trading algorithmique et la fragmentation de la liquidité entre différentes plateformes d’exécution, accentuent ces risques de liquidité», explique un spécialiste des marchés.

Les transactions sur le marché «repo» (repurchase agreement), qui consistent en un échange de titres fixes contre des liquidités à vingt-quatre heures, se sont raréfiées, passant de 4800 milliards de dollars en 2008 à 2200 milliards en 2015, suite aux réglementations plus coûteuses en fonds propres. Ce retrait des gros fournisseurs de liquidité va entraîner, selon cet expert, des mouvements plus chaotiques sur les marchés, «sans qu’il n’y ait toujours de raison profonde derrière».

Le risque d’illiquidité, rappelle la Banque Barclays, n’épargne pas les fonds de placement, qui sont sujets à l’illiquidité potentielle des actifs sous-jacents, à commencer par les obligations d’entreprises. Des instruments censés être 100% liquides en tout temps, comme les ETF sur actions, n’ont pas non plus passé le test de la réalité et ont vu leur cotation suspendue durant les journées turbulentes d’août: en effet, si le trading d’une action incluse dans l’ETF est suspendu, il n’est plus possible de coter un prix pour l’ETF lui-même. Et l’investisseur qui par malheur passe un ordre de vente de son ETF en pareille situation peut devoir vendre à un prix effondré et essuyer des pertes élevées. 

Spirales infernales

Les risques de liquidité sont aussi soulevés par les banques centrales et leurs sorties des programmes d’assouplissements quantitatifs: comment la Fed, la BCE et la Banque d’Angleterre remettront-elles sur le marché les titres obligataires parqués sur leurs bilans, pour respectivement 4000 milliards de dollars, 2000 milliards d’euros et 400 milliards de livres sterling, sans menacer la stabilité du système?

En Europe et aux Etats-Unis, les régulateurs s’intéressent à présent aux moyens d’éviter la survenue de journées de spirales infernales déclenchées par ces trous de liquidité désormais programmés dans les marchés. 

Zaki Myret
Myret Zaki

RÉDACTRICE EN CHEF DE BILAN de 2014 à 2019

Lui écrire

En 1997, Myret Zaki fait ses débuts dans la banque privée genevoise Lombard Odier Darier Hentsch & Cie. Puis, dès 2001, elle dirige les pages et suppléments financiers du quotidien Le Temps. En octobre 2008, elle publie son premier ouvrage, "UBS, les dessous d'un scandale", qui raconte comment la banque suisse est mise en difficulté par les autorités américaines dans plusieurs affaires d'évasion fiscale aux États-Unis et surtout par la crise des subprimes. Elle obtient le prix de Journaliste Suisse 2008 de Schweizer Journalist. En janvier 2010, Myret devient rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan. Cette année-là, elle publie "Le Secret bancaire est mort, vive l'évasion fiscale" où elle expose la guerre économique qui a mené la Suisse à abandonner son secret bancaire. En 2011, elle publie "La fin du dollar" qui prédit la fin de la monnaie américaine à cause de sa dévaluation prolongée et de la dérive monétaire de la Réserve fédérale. En 2014, Myret est nommée rédactrice en chef de Bilan. Elle quitte ce poste en mai 2019.

Du même auteur:

L'INSEAD délivre 40% de MBA en Asie
La bombe de la dette sera-t-elle désamorcée ?

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."