Bilan

Fusions et acquisitions d'entreprises à un niveau record

L'année 2018 est en bonne voie pour battre le record historique enregistré en 2007. Décryptage des tendances et mouvements à l'oeuvre, y compris en Suisse.

  • Le japonais Takeda a annoncé le rachat de l’irlandais Shire pour 52 milliards d’euros au printemps. C’est la plus grosse acquisition jamais réalisée par un groupe japonais à l'étranger. L'opération donnera naissance au huitième groupe pharmaceutique mondial.

    Crédits: afp
  • Le nombre d’opérations d’une valeur supérieure à 10 milliards de dollars a connu une hausse de plus de 301% au cours du premier semestre 2018.

    Crédits: bloomberg

Le premier semestre est l’un des plus fort démarrage en termes de fusions et acquisitions, selon les données compilées par Bloomberg. A ce rythme, l’année 2018 est en bonne voie pour battre le record historique enregistré en 2007 (voir graphique). Le mouvement n’est toutefois pas homogène évidemment, avec certaines régions et secteurs qui attirent davantage d’investissements, et d’autres qui sont à la peine. A l’heure où de nombreux rapports sont publiés pour analyser ces six premiers mois, tour d’horizon des tendances à suivre, y compris en Suisse. 

Les Chinois se détournent des Etats-Unis

Commençons par une étude du cabinet de conseil EY, publiée il y a quelques jours. On a apprend que le nombre de transactions réalisés par des investisseurs chinois en Europe a baissé de 12% sur le premier semestre, à 111 opérations de rachat. En Allemagne et au Royaume-Uni, deux principales cibles des acquéreurs chinois, le nombre de transactions a reculé de 26 à 22 acquisitions sur le premier semestre. La Suisse par contre est restée stable, comptabilisant sept opérations de rachat ou de prises de participation, avec notamment Bally International, Mercuria Energy Group, Swiss Education Group, Lista Holding, Takeda Chromo, Granite Capital et M.A. Med Alliance.

Lire aussiPékin fait une indigestion d'acquisitions à l'étranger

Mais c’est surtout le désengagement des chinois aux Etats-Unis qui est frappant sur le semestre écoulé. Selon selon une autre étude du cabinet d'avocats international Baker McKenzie et de Rhodium Group, les investissements directs de la Chine à l'étranger se sont détournés de l'Amérique du Nord au profit de l'Europe sur cette période. Cette étude, plus large, a pris en compte la valeur des fusions et acquisitions chinoises récemment annoncées en Europe, qui a atteint 22 milliards de dollars, dépassant de loin les 2,5 milliards de dollars de fusions et acquisitions réalisées en Amérique du Nord. En Europe, les obstacles réglementaires demeurent plus faibles, les relations politiques sont plus prévisibles et les actifs industriels de hautes technologies sont de qualité, a indiqué Thilo Hanemann, directeur chargé des pratiques d'investissements transfrontaliers du Rhodium Group. 

PME suisses très recherchées

Il y a quelques jours, c’est le cabinet Deloitte qui publiait une étude dédiée aux fusions et acquisitions de PME, permettant de compléter la vision des rapports souvent centrés sur les grandes entreprises.  Ainsi, les PME suisses sont devenues très recherchées au premier semestre: par rapport à la même période l’an dernier, les entreprises étrangères ont acheté 38% de plus de PME suisses, soit au total 40 entreprises. Sur ce segment par contre, seulement deux acheteurs viennent de Chine. Les acheteurs proviennent majoritairement d’Europe, avec neuf originaires d’Allemagne, trois de France et de Grande-Bretagne et deux de Suède. A noter que six acheteurs viennent des Etats-Unis.

Lire aussi : Les fusions et acquisitions en hausse dans la pharma

Pour Jean-François Lagassé, Partner Financial Advisory chez Deloitte Suisse, l’augmentation des ventes d’entreprise suisses est un signe clair de la force et de l’attractivité des PME suisses. « Beaucoup d’entre elles occupent des positions clés dans des marchés de niche et disposent de bons réseaux internationaux. Elles sont donc des cibles prisées, tant pour les investisseurs financiers que pour les entreprises du secteur.»

Montée en puissance des « Disruptive M&A »

Dans ce même rapport, Deloitte relève la tendance à davantage d’acquisitions « déstabilisantes » (appelées Disruptive M&A), qui s’affirme au niveau mondial, et pourrait gagner en importance et stimuler l’activité. «De plus en plus d’entreprises achètent du savoir-faire numérique pour étendre ou bouleverser complètement leur propre modèle d’affaires. Les entreprises organisées de façon traditionnelle sont aujourd’hui soumises à une pression particulière pour se préparer à l’avenir par le biais d’acquisitions stratégiques. Les PME des domaines de la Fintech, de l’intelligence artificielle, de la robotique ou de la cybersécurité sont sous la loupe», commentait Stephan Brücher, Partner Financial Advisory et Corporate Finance Advisory, cité dans le communiqué lié au rapport. 

Opérations records en hausse au niveau mondial 

Enfin, selon le dernier rapport M&A Insights d’Allen & Overy, les méga-fusions sont de retour. Le nombre d’opérations d’une valeur supérieure à 10 milliards de dollars a connu une hausse de plus de 301% au cours du premier semestre 2018, par rapport à la même période en 2017.

Preuve supplémentaire de cette tendance, les données du rapport (fournies par Thomson Reuters), indiquent que les transactions d’une valeur supérieure à 5 milliards de dollars ont augmenté de 226%. La valeur totale des transactions a ainsi globalement progressé de 64% au cours du premier semestre 2018, et ceci malgré un recul de 11% du nombre de transactions. 

 « Nous sommes désormais dans le plus long cycle de croissance du marché des M&A jamais enregistré, avec des opérateurs qui semblent pour l’instant rester insensibles aux problématiques géopolitiques, qui en d’autres circonstances auraient probablement entamé leur confiance », avait commenté Frédéric Moreau, associé en charge de l’équipe Corporate d’Allen & Overy à Paris, sur le site de finyear

 

Marjorie Thery
Marjorie Théry

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."