Bilan

Freddie Mac et Fannie Mae vont reverser 10 milliards à Washington

En passe d'être démantelés, les deux géants du refinancement hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac sont devenus des poules aux oeufs d'or pour le gouvernement américain.

"Fannie" et "Freddie", qui garantissent des milliards de dollars de prêts immobiliers aux Etats-Unis, avaient été emportées par la crise des crédits hypothécaires à risque et placées en septembre 2008 sous la tutelle de l'Etat qui avait dû les renflouer massivement.

Crédits: Reuters

En passe d'être démantelés, les deux géants du refinancement hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac sont devenus des poules aux oeufs d'or pour le gouvernement américain qui les a sauvés de la disparition lors de la crise financière.

En juin, "Fannie" et "Freddie" vont reverser à l'Etat fédéral plus de 10 milliards de dollars de dividendes supplémentaires, ont-ils annoncé séparément jeudi. La première fera au gouvernement un chèque de 5,7 milliards de dollars et le second 4,5 milliards.

"Fannie" et "Freddie", qui garantissent des milliards de dollars de prêts immobiliers aux Etats-Unis, avaient été emportées par la crise des crédits hypothécaires à risque et placées en septembre 2008 sous la tutelle de l'Etat qui avait dû les renflouer massivement.

Avec la reprise du marché immobilier américain, les deux organismes ont plus que remboursé toutes les aides publiques reçues, même s'ils restent pour l'instant sous le contrôle de l'Etat à qui ils reversent de juteux dividendes.

Les dividendes annoncés jeudi portent le total reversé par Fannie Mae à 126,8 milliards de dollars (pour 116,1 milliards de dollars d'aides reçues) et par Freddie Mac à 86,3 milliards (pour 71,3 milliards de dollars d'aides).

"Nous devons ces bénéfices aux accords à l'amiable trouvés avec les banques sur les litiges immobiliers", a justifié le directeur général de "Freddie", Donald Layton, lors d'une conférence téléphonique.

Ces recettes exceptionnelles se sont montées à 4,1 milliards de dollars pour "Fannie" et à 4,9 milliards (3,4 milliards après impôts) pour "Freddie".

- Gros accords avec des banques -

Le 26 mars, Bank of America, la deuxième banque américaine par actifs, a par exemple accepté de leur verser 6,3 milliards de dollars pour clore des poursuites liées aux prêts toxiques à l'origine de la crise financière.

Fannie Mae a ainsi pu aligner sur les trois premiers mois de l'année son neuvième bénéfice net trimestriel consécutif, en dégageant un gain de 5,3 milliards de dollars, tandis que Freddie Mac a fait part de son côté de son dixième trimestre de bénéfices d'affilée, avec un résultat net de 4 milliards de dollars.

D'autres accords sont à venir, a indiqué M. Layton, prévenant toutefois que ces recettes exceptionnelles ne vont pas durer éternellement.

Ces accords "ne seront pas aussi gros", a-t-il averti. "Il ne faut pas s'attendre à ce que nos bénéfices restent aussi élevés".

La Federal Housing Finance Agency (FHFA), le régulateur du marché immobilier, a engagé au nom des deux organismes 18 actions contre des banques et institutions financières en rapport avec la titrisation des prêts immobiliers toxiques "subprime". Elle a déjà obtenu 13 accords.

Des poursuites sont en cours contre les banques HSBC, Goldman Sachs et Nomura entre autres. Fin avril, l'établissement financier britannique Barclays a accepté de payer 227 millions de dollars à Freddie Mac et 53 millions à Fannie Mae.

Malgré de gros bénéfices, "Freddie" et "Fannie" restent fragiles, selon la FHFA qui leur a fait passer récemment des tests de résistance similaires à ceux que la banque centrale américaine (Fed) impose aux banques. En cas de récession sévère, les deux organismes pourraient de nouveau appeler l'Etat au secours.

La réforme des deux institutions a franchi en mars une étape cruciale au Congrès américain.

Le Sénat a trouvé un accord entre démocrates et républicains pour présenter une proposition de loi qui démantèlerait les deux institutions.

Si cette proposition de loi était adoptée, les deux géants du financement immobilier, aujourd'hui placés sous la tutelle de la FHFA, disparaîtraient au profit d'une agence unique de garantie des emprunts immobiliers baptisée la FMIC (Federal Mortgage Insurance Corporation).

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."