Bilan

Finetika pointe les frais bancaires et placements peu éthiques

La start-up Finetika décortique la face cachée d’un portefeuille d’actions. La jeune société, qui a été suivie par la série estivale de la RTS Aujourd’hui, plonge dans les activités financières peu louables de certaines institutions financières.
  • Anthony Chatelanat a fondé Finetika, une société d'audit de placements éthiques.

  • L'émission de la RTS Un "Aujourd'hui" présentée par Jonas Schneiter et Marc Muller a suivi l'expert en finance durable, Anthony Chatelanat.

  • L'émission "Aujourd'hui" de la RTS s'intéresse aux entreprises durables en Suisse romande. Un succès télévisuel.

Du pétrole, des armes ou encore des cigarettes, personne ne sait réellement quelles actions se cachent derrière un fonds d’investissement ou encore au sein de sa caisse de pension. Le Genevois Anthony Chatelanat, fondateur de la société de conseil en investissements Finetika propose de lever le voile sur l’opacité qui règne parfois sur un portefeuille d’actions, autant au niveau des frais cachés que de la qualité des titres détenus.

Lire aussi: Le fisc et les données douteuses

L’expert, qui ne touche aucune commission, offre ainsi une analyse neutre et transparente ainsi que des outils pour améliorer la performance d'un portefeuille. «Non seulement les frais de gestion varient du simple au quadruple selon la structure choisie, mais l’argent de votre portefeuille ou de votre caisse de pension est peut-être placé dans des sociétés qui ne respectent ni les conventions signées par la Suisse, ni les règles d’éthique», souligne l’entrepreneur. Et cela comprend de nombreux risques pour l’investisseur: «les sociétés qui ont un impact négatif sur l’environnement et la société ont clairement un risque financier au niveau de leur rentabilité à long terme».

Les millenials misent sur les valeurs et l'éthique

Les aléas peuvent ainsi provenir de la réputation, d’éventuelles amendes, taxes ou sanctions voire encore de boycott de la population. En effet, les millenials sont, par exemple, de plus en plus enclins à miser sur des entreprises qui ont des valeurs, une certaine éthique et qui respectent le développement durable et l’environnement. A terme, cette génération ne voudra plus consommer de produits provenant d’une industrie qui ne respecte pas ces normes. D’où un risque réel de rentabilité à long terme. Finetika propose ainsi de décarbonniser un portefeuille, permettant au client de participer à la transition énergétique tout en améliorant sa performance.

Lire aussi: Genève démocratise les cours d’éthique

C’est au café Birdie, dans le quartier des Bains à Genève que l’on retrouve le jeune entrepreneur suivi par les caméras de la série estivale «Aujourd’hui» diffusée quotidiennement sur RTS Un. L’animateur principal Jonas Schneiter a été l’un des premiers à être convaincu par la démarche du Genevois. «C’est une vraie prise de conscience. J’ai surtout compris que les fonds écologiques et éthiques ont une plus grande probabilité de rendement que les autres», souligne le présentateur dont l’émission s’intéresse aux entreprises romandes axées sur le développement durable. «Finetika montre ainsi qu’un portefeuille peut performer avec du durable».

Quant à l’émission de la RTS, le succès est tel auprès des téléspectateurs que la production réfléchit déjà à une deuxième saison ainsi qu’à une version suisse allemande. Pour les intéressés, l’émission sur Finetika sera diffusée le 18 août à 13h05 sur RTS Un.

Lire aussi: L'essor du luxe éthique

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."