Bilan

Faut-il fuir l’or pour acheter des bitcoins?

Le métal précieux a perdu de son attrait auprès des investisseurs. Ceux-ci s’intéressent de plus en plus aux crypto-monnaies, dont les cours explosent. Mais l’or physique n’a pas dit son dernier mot.
  • Le cours du bitcoin a connu une hausse de 500% depuis le début de l’année, contre 15% pour l’or.

    Crédits: Dr

Petite révolution à Wall Street cet été. Le stratégiste de Fundstrat, Tom Lee, est devenu le premier à formaliser ses vues sur le bitcoin dans un rapport dédié. Jusqu’à présent, les analyses et prévisions sur la crypto-monnaie émanaient essentiellement des cercles de sa communauté, les financiers traditionnels ne se risquant pas à articuler publiquement des objectifs de cours. Et Tom Lee n’y va pas à demi-mot: selon lui, la crypto-monnaie pourrait valoir jusqu’à… 55  000 dollars américains en 2022.

Plus précisément, sa valeur pourrait être comprise entre 20  000 et 55  000 dollars. Cet enthousiasme pour le bitcoin n’a d’égal que le relatif désintérêt de l’industrie de l’investissement pour l’or. Pourtant, le métal jaune, dont le lingot vaut aujourd’hui environ 42 000 dollars, s’apprécie sur les marchés cette année, le cours de l’once étant passé de 1150 à près de 1350 dollars. Reste que les conseillers financiers, même certains qui ont proposé à leurs clients des fonds sur l’or physique, ne parlent plus que... des crypto-monnaies. S’agit-il d’une bulle?

Pour Alexis Roussel, cofondateur et CEO de la plateforme suisse Bity, prédire un cours du bitcoin à 55 000 dollars n’est pas aberrant vu l’évolution de ces dernières années. Le premier week-end de septembre, la crypto-monnaie a établi un nouveau record historique en franchissant la barre des 5 000 dollars, signant une hausse de 500% depuis le début de l’année. En deux ans, la hausse atteint plus de 2000%.  

Lire aussi: Le bitcoin a-t-il sa place dans un portefeuille?

Reste à savoir si le bitcoin peut, dans la catégorie alternative aux monnaies papier, rivaliser avec l’or, ou représenter une alternative sérieuse à ce dernier. Après tout, ces deux actifs ont un point commun: ils sont émis en quantités limitées, et ne sont donc pas sujets à  l’inflation, comme les monnaies papier émises par les banques centrales. «C’est totalement différent, tempère Stefan Kremeth, fondateur d’Incrementum, qui gère des fonds sur l’or physique et bientôt sur les crypto-monnaies.

«L’or est tangible, et les crypo-monnaies ne le sont pas. Le fait qu’il y ait plusieurs crypto-monnaies différentes crée un volume total qui augmente. Malgré tout, je pense que la valeur des crypto-monnaies va augmenter, non parce qu’elles sont en quantités finies, mais car il s’agit d’une technologie aux applications illimitées.»

Autre différence avec l’or: jusqu’ici, le bitcoin n’était pas réglementé. Si, prochainement, l’Europe décide de l’autoriser et de le réglementer, les règles du jeu vont changer, estime Stefan Kremeth: il n’y aura plus d’anonymat et de marché noir du bitcoin. Cela peut aussi largement affecter sa valeur. L’or, en comparaison, restera plus stable. 

Au fond, si l’industrie des placements parle beaucoup plus du bitcoin que de l’or, c’est avant tout parce qu’il est devenu plus facile d’y investir désormais.  

L’investissement bitcoin est devenu (presque) mainstream

Fini le temps, pas si lointain, où il fallait exclusivement se rendre sur des plateformes de spécialistes du bitcoin ou des applis-portefeuilles dédiées. Un nombre croissant d’acteurs traditionnels commence à faciliter l’accès à l’investissement en bitcoin. 

L’actualité récente offre plusieurs exemples en Suisse. Falcon Private Bank propose depuis quelques semaines la gestion d’actifs en bitcoin, à la faveur d’un partenariat avec le courtier Bitcoin Suisse, basé à Zoug. Swissquote s’est aussi lancé dans le courtage du bitcoin cet été, en collaboration avec une société luxembourgeoise. 

Lire aussi: "La folie spéculative autour du bitcoin devient très risquée"

Le trader en ligne international IG, présent à Genève, propose le trading du bitcoin depuis plus de deux ans sur sa plateforme. Sans être spécialiste du bitcoin, Andreas Ruhlmann, analyste chez IG Bank et chroniqueur pour Bilan, observe que les discussions se multiplient autour de ce thème. «On parle même de possibles ETF sur le bitcoin désormais. Cela sera intéressant à suivre. Pour ma part, j’ai l’impression que les acteurs investissent davantage par peur de rater une opportunité que par connaissance réelle des fondamentaux.» Il est tenté de comparer cela à la bulle internet. «Je ne dis pas que nous sommes dans une bulle sur le point d’exploser, mais l’ambiance qui se dégage actuellement ressemble assez à celle de l’excitation des dotcoms.»  

Un véritable concurrent à l’or? 

Le stratégiste américain Tom Lee estime que les crypto-monnaies «cannibalisent la demande de l’or», dans son rapport Un cadre pour valoriser le bitcoin en tant que substitut de l’or. «Le bitcoin a beaucoup de caractéristiques assez similaires à l’or, ce qui en fera à terme la monnaie alternative ultime, en tant que réserve de valeur.»

Andreas Ruhlmann estime aussi que l’or a largement perdu de son attrait auprès des investisseurs, et qu’il ne faut pas s’attendre à une hausse sensible dans les mois à venir. «L’or a bien sûr pris 15% depuis le début de l’année, ce qui est une excellente performance, mais cela s’explique principalement par la baisse du dollar, nuance-t-il. Techniquement, on peut toutefois s’attendre à quelques poussées haussières, avec des tensions géopolitiques comme avec la Corée du Nord.»

D’autres sons de cloche plaident davantage en faveur du métal jaune. «L’or est un réservoir de valeur, mais on n’a pas cette caractéristique avec le bitcoin, qui n’est pas un actif tangible», estime Stefan Kremeth. Même opinion chez Dominique Casaï, fondateur d’URAM, société de gestion de fonds spécialisée dans l’or et les matières premières. «Le bitcoin a un gros désavantage: il n’a pas 5000 ans d’histoire. Il peut être une solution alternative aux monnaies papier, mais il ne remplacera pas l’or.» Sur les perspectives du métal jaune, le spécialiste observe un regain d’intérêt pour l’or physique depuis un an et demi.

Les ETF sur l’or physique affichent des souscriptions plutôt que des remboursements, «ce qui est une mesure objective de l’intérêt des investisseurs pour l’or physique». On est en phase d’investissement dans l’or physique plutôt que de désinvestissement, et ce flux positif contraste avec les années 2013 à 2015, où la léthargie régnait sur ce marché, et des ventes de lassitude étaient observées. Les deux actifs alternatifs aux monnaies évoluent donc en parallèle, sur un marché où les quantités croissent d’environ 2,5% par année. 

Le bitcoin dispose d’un autre facteur de soutien à la hausse, selon Alexis Roussel; ce sont les opérations d’ICO, en forte augmentation cette année. Une ICO (Initial Coin Offering) est une méthode de levée de fonds fonctionnant via l’émission d’actifs numériques, échangeables contre des crypto-monnaies. 

Certes, mais la Chine a fait grand bruit en annonçant le mois dernier l’interdiction de ces opérations. «Il faut appréhender ces annonces avec un certain recul par rapport à leur force juridique et leur réalité d’application, estime le CIO de Bity. La Chine a interdit le bitcoin plusieurs fois et il est toujours largement utilisé.» Il interprète cette décision des autorités chinoises comme un moyen de freiner la spéculation. 

Lire aussi: La Chine resserre l'étau autour du bitcoin

Investir dans les crypto-monnaies nécessite des conseils avisés pour se retrouver dans la centaine de variétés qui existent aujourd’hui. La dominance du bitcoin aujourd’hui ne veut pas dire qu’il restera le leader incontesté dans dix ans. 

La capitalisation totale du bitcoin se situe autour de 80 milliards de dollars aujourd’hui; autant dire une goutte d’eau dans la finance mondiale. En comparaison, le marché des investissements en or (lingots et pièces, réserves d’or des banques centrales), c’est 2400 milliards de dollars. La bonne idée consiste peut-être à se créer un portefeuille diversifié d’actifs anti-inflation, avec de l’or physique et plusieurs crypto-monnaies.

Marjorie Thery
Marjorie Théry

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."