Bilan

Faut-il ajourner ses rentes à la retraite?

Les personnes qui continuent à travailler après l’âge légal de la retraite peuvent différer le versement de leur AVS d’un à cinq ans. Avantages et inconvénients de cette pratique.
  • L’âge moyen de départ à la retraite se situait en 2015 à 66 ans (hommes) et 64,8 (femmes).

    Crédits: Agnieszka Olek/Caiaimage/getty images

Les Suisses sortent du marché du travail à environ 65,5 ans selon les dernières statistiques sur la population active (ESPA), calculées pour 2015. Cet âge moyen se situait à 66 ans pour les hommes et à 64,8 pour les femmes. A la retraite, les principales sources de revenu sont la rente AVS et celle de la caisse de pension. Les personnes désireuses de continuer à travailler au-delà de l’âge «légal» de la retraite et qui n’ont pas encore besoin de toucher leurs rentes peuvent ajourner l’AVS durant cinq ans au maximum.

Certaines caisses de pension permettent aussi un ajournement, également pour cinq ans au maximum. Cette solution peut être intéressante quand l’assuré travaille au-delà de l’âge de l’AVS et qu’il est par ailleurs soumis à une forte progression fiscale. En effet, lorsque l’AVS se cumule avec le salaire que la personne continue à percevoir, une part importante de ce revenu est imposée. Idéalement, il ne faudrait toucher les rentes AVS et LPP que lorsqu’on souhaite vraiment s’arrêter totalement de travailler. 

Analysons ces deux options avec un cas pratique: Paul, qui aura bientôt 65 ans, est toujours passionné par son travail et souhaite travailler, avec l’accord de son employeur, aussi longtemps qu’il sera en mesure de le faire. Il est marié, a deux enfants majeurs et un revenu d’environ 130 000 fr. par an. Par hypothèse, il aura la rente maximale AVS et dispose d’une caisse de pension correcte, avec un capital actuel de 765 000 fr. et un taux de conversion de 6%. Son taux marginal d’imposition s’élève à 35%. 

Lire aussi: Comment préparer sa retraite à l'étranger

Mais, avant de calculer ses rentes, un peu de théorie. Quatre principes de l’AVS méritent une explication. 

– Le premier est que le montant de la rente dépend des années de cotisation qui peuvent être prises en considération (on cotise dès 21 ans et jusqu’à l’âge légal de la retraite), des revenus d’une activité lucrative et des bonifications pour tâches éducatives (si l’on a eu des enfants) ou d’assistance (si l’on s’est occupé d’un proche parent). 

– Deuxième principe: le montant de la rente est fonction de la moyenne des revenus, revalorisée sur l’évolution moyenne des salaires et des prix. Pour obtenir la rente maximale, il faut avoir eu un revenu moyen d’environ 84 600 fr. par an, la rente qui en découle est alors de 28 800 fr. par an maximum. 

– Troisième principe: les rentes d’un couple marié à la retraite sont plafonnées et la somme des deux rentes individuelles ne peut être supérieure à 150% de la rente maximale, c’est-à-dire 42 300 fr. par an. 

– Dernier principe: dans l’esprit d’une retraite à la carte, vous pouvez soit anticiper le versement de votre rente d’un ou deux ans (elle est alors diminuée à vie de 6,8 ou 13,6%), soit l’ajourner d’un à cinq ans et vous toucherez une rente plus élevée. Après cinq ans d’ajournement, la rente est majorée de 31,5% à vie. Dans un couple, chaque conjoint peut, indépendamment de l’autre, anticiper ou ajourner sa rente. En ce qui concerne la caisse de pension, l’anticipation ou l’ajournement de la rente sont indépendants de l’anticipation ou de l’ajournement de la rente AVS. Si le règlement de la caisse le prévoit, une personne peut rester assurée jusqu’à 70 ans. 

Lire aussi: La retraite à 62 ans, ça coûte cher?

Malheureusement, le calcul de la rente n’est pas aussi simple que dans le cadre du 1er pilier. Deux aspects sont à prendre en compte, le capital accumulé et le taux de conversion (taux utilisé pour convertir un capital en rente). Finalement, si une personne a une activité lucrative après l’âge légal de retraite, elle peut continuer à cotiser au 3e pilier lié «A». 

Le risque de longévité

Revenons donc à Paul. S’il souhaite s’arrêter de travailler à 70 au lieu de 65 ans, il aura une rente totale de 95 883 fr. au lieu de 74 100 fr. (voir le tableau ci-dessous). Il faudra qu’il en profite le plus longtemps possible; mais cela ne peut pas se planifier… c’est le risque de longévité. Un ajournement de la retraite accroît donc sensiblement le niveau ultérieur de la rente, et cette hausse est très forte quand
le départ est repoussé de cinq ans. Mais il faut aussi prendre garde à d’autres facteurs (succession, profil de risque, dette hypothécaire, etc.) qu’il faut aborder avec son conseiller patrimonial. 

* Directeur, conseil patrimonial et prévoyance, BCGE

Albert Gallegos*

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."