Bilan

Faire carême en Suisse, ça rapporte beaucoup

Ce mercredi 18 février a débuté le carême pour les Chrétiens. Pour les Catholiques, ces 40 jours qui précèdent Pâques riment avec jeûne et privations, donc économies. Et selon The Economist, c'est en Irlande et en Suisse que ces économies seraient les plus substantielles.
  • Se priver de plaisirs du quotidien comme le chocolat, c'est ce qui est recommandé par les autorités de l'Eglise catholique.

    Crédits: Image: DR
  • Le classement établi par The Economist des villes où le respect du carême rapporte le plus.

    Crédits: Image: The Economist

Quarante jours de préparation pour les fêtes de Pâques. Pour les Chrétiens, le Mercredi des Cendres marque l'entrée dans une période qui va les mener vers la fête la plus importante de l'année liturgique. Si de nombreuses Eglises réformées ne prônent pas de pratiques d'ascèse particulières ou de privations, d'autres confessions, et les Catholiques notamment conseillent une préparation qui passe par des périodes de jeûne et de renoncement à certains plaisirs du quotidien.

Pour les enfants, il s'agit le plus souvent de faire une croix sur le chocolat et les confiseries. Pour les adultes, d'autres plaisirs peuvent être évités, si les fidèles veulent suivre les recommandations des autorités ecclesiastiques. Les équipes de The Economist ont ainsi imaginé une série de plaisirs du quotidien qui pourraient être mis de côté jusqu'au dimanche de Pâques. Le panier se compose de 20 cigarettes par jour, de deux bouteilles de vin par semaine, d'une bière par jour, de deux repas pris dans un fast-food par semaine, de deux tasses de café, deux tasses de thé et une tasse de chocolat par jour.

Dublin devant Zurich pour les plaisirs du quotidien

Sur cette base, ils ont mesuré les prix dans vingt villes du monde (en privilégiant les pays de culture chrétienne, à l'exception de Shanghai), les plus peuplées de chaque pays étudié, et ont mesuré l'économie que représenterait le respect de ces privations pendant quarante jours. Et derrière Dublin, capitale de la très catholique Irlande arrive la Suisse et Zurich, pourtant fer de lance de la Réforme voici cinq siècles avec Zwingli. Mais les journalistes de The Economist ne se sont pas penchés sur la proportion de catholiques ou sur la mesure de la pratique religieuse dans cette communauté, mais exclusivement sur le niveau des prix. A l'image de l'indice Big Mac régulièrement dégainé pour comparer le coût de la vie entre différents pays.

Si un Catholique pratiquant de Dublin peut ainsi économiser jusqu'à 780$ en se privant de ces plaisirs du quotidien pendant quarante jours, il pourra économiser 770$ s'il vit à Zurich. Mais il ne gagnera pas la même chose sur chaque poste budgétaire: 470$ économisés en cigarettes à Dublin mais seulement 330$ à Zurich; a contrario, 150$ économisés en fast-food à Zurich contre moins de 100$ à Dublin. Le vin et la bière sont aussi plus chers en Suisse qu'en Irlande, d'où un total très proche malgré l'importante différence sur le tabac.

Caracas, Sao Paulo et Lima dans le top 10

Deux autres villes se retrouvent au-delà de la barre des 700$ d'économisés pour ce panier moyen pendant quarante jours: Londres avec 730$ et New York avec 710$. A l'autre bout du classement, l'économie réalisée sera de moins de 300$ à Manille (270$) et à Buenos Aires (240$). Pas question pour autant de distinguer les pays du Nord où ces biens seraient chers et les pays du Sud où ils seraient bien plus abordables dans l'absolu (sans tenir compte du pouvoir d'achat local): Caracas et Sao Paulo suivent le quatuor de tête et devancent Paris, Rome ou Berlin; tandis que Lisbonne et Varsovie se retrouvent dans le bas de classement.

Car ce que révèle ce classement, au-delà de l'anecdote du carême, ce sont des différentiels de prix de produits du quotidien. Car, si de nombreux prix importants dans le calcul du pouvoir d'achat (immobilier, énergie) ne sont pas pris en compte, les dépenses intégrées dans ce panier des interdits saisonniers révèle le coût des plaisirs superflus, du luxe hédoniste des sociétés actuelles. Et casse certains mythes, car le classement ne recoupe pas exactement le palmarès des villes où le coût de la vie est le plus élevé: Lima semble ainsi plus cher que Berlin, Madrid ou Lisbonne.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."