Bilan

Ethos s'oppose à la réélection du président de Credit Suisse

Ethos s'oppose à la réélection du président de Credit Suisse Urs Rohner et du vice-président, qui étaient en poste lorsque l'établissement a vendu des produits financiers toxiques.

Ethos demande aux actionnaires de rejeter, lors de l'assemblée générale de la banque le 28 avril, la réélection du président Urs Rohner.

Crédits: Keystone

La fondation Ethos a recommandé vendredi aux actionnaires de Credit Suisse de s'opposer à la réélection de plusieurs membres du conseil d'administration, dont le président, et à la décharge de l'organe de surveillance. Ethos refuse également la rémunération des responsables du groupe et le dividende proposé.

"Ethos recommande des changements à la tête de la banque suite aux nombreux contentieux juridiques dont la banque fait l'objet depuis une dizaine d'années, aux montants énormes des dédommagements et des amendes payées, ainsi qu'en raison du manque de vision stratégique du conseil d'administration", a détaillé la fondation dans un communiqué.

Concrètement, Ethos demande aux actionnaires de rejeter, lors de l'assemblée générale de la banque le 28 avril, la réélection du président Urs Rohner et du vice-président Richard Thornburgh. Les deux responsables étaient en poste lorsque l'établissement a vendu des produits financiers toxiques avant la crise financière, activité pour laquelle la banque a été condamnée début 2017 aux Etats-Unis à une amende de 2,48 mrd USD et des dédommagements de 2,8 mrd.

"Ethos constate un manque de clarté dans la stratégie actuelle, en particulier en ce qui concerne l'entrée en Bourse de la banque suisse", a poursuivi la fondation, estimant "que des changements au niveau du conseil d'administration sont devenus nécessaires pour restaurer la confiance des investisseurs".

Au vu des récentes enquêtes lancées récemment dans plusieurs en raison de soupçons de fraude fiscale, Ethos demande également de s'opposer à l'ensemble des points liés à la rémunération des membres de la direction générale et du conseil d'administration et de ne pas leur accorder la décharge.

Revenant sur le dividende 0,70 CHF par action proposé au titre de 2016 par le conseil d'administration, ce reversement est "difficilement justifiable à l'heure où la réglementation exige un renforcement des fonds propres", selon Ethos. Selon cette dernière, les fonds propres du groupe sont "insuffisants".

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."