Bilan

Ether, USDCoin, LiteCoin, Ripple et Cardono talonnent le Bitcoin

Les cours des devises virtuelles enchaînent les records depuis le début de l'année. Coup de projecteur sur un phénomène inédit.

La capitalisation totale des cryptomonnaies a percé le plafond des 2000 milliards de dollars début avril, établissant un nouveau record.

Crédits: DR

«Depuis le début de l'année, le Bitcoin de même que d'autres devises virtuelles flambent. La volatilité est délirante. Les cryptomonnaies enregistrent en deux heures des variations de cours que l'on observe en une année entière sur des actifs traditionnels»: Associé au sein de l'étude "id est avocats", Mehmet Toral voit trois raisons à ce boom des devises cryptées qui vient de franchir un record. Ce lundi 5 avril, la capitalisation boursière des crypto-monnaies a atteint un sommet historique de 2000 milliards de dollars.

«Les cryptomonnaies bénéficient de la perte de confiance subie par le dollar et l'euro, qui entraîne d'importants transferts d'actifs. Parallèlement, les investisseurs prennent confiance dans les devises virtuelles», décrypte Mehmet Toral. Responsable des services et produits institutionnels chez Bitcoin Suisse, Lothar Cerjak détaille: «Des sociétés établies comme l'éditeur de logiciels américain MicroStrategy, la société britannique Ruffer Investment, la compagnie californienne de paiement mobile Square ou encore le groupe Tesla d'Elon Musk engagent publiquement une partie de leurs actifs dans le Bitcoin.»

Le poids des forums en ligne

Mehmet Toral reprend: «Les cryptos s'attirent encore les faveurs d'une multitude de micro-investisseurs capables d'avoir une influence sur les marchés, lorsqu'ils se fédèrent sur des forums internet. Ceux-ci sont en train d'élargir leurs achats de devises cryptées au-delà du Bitcoin, avec un accès facilité par des plateformes en ligne proposant de plus en plus d'alternatives.»

Si le Bitcoin (BTC) se profile aujourd'hui comme la monnaie virtuelle la plus connue et la plus capitalisée, d'autres systèmes reposant aussi sur la technologie de la blockchain sont en train de s'imposer. Par exemple, Visa a intégré début avril l'USDCoin à la gamme des cryptomonnaies acceptées par son réseau. Dans la foulée, PayPal a élargi les possibilités de paiement à d'autres devises virtuelles que le bitcoin. Les transactions seront réglées en dollars et converties dans la devise cryptée aux taux de conversion PayPal standard.

Lancée en 2018, l'USDCoin appartient à une catégorie nommée "stablecoin". Ce terme désigne une cryptomonnaie dont le cours est adossé à une devise, en l'occurrence le dollar. En clair, 1 dollar = 1 USDCoin. Ce lien assure à cette devise la stabilité qui fait défaut au Bitcoin. L'émetteur de l'USDCoin est loin d'être un inconnu puisqu'il s'agit de Goldman Sachs, par le biais de sa filiale Circle. Le système de l'USDCoin est basé sur le système de la deuxième plus grande cryptomonnaie en termes de capitalisation (derrière le Bitcoin), l'Ethereum qui émet sa propre devise, l'Ether (ETH).

Le Cardano en hausse de 5000% en un an

L'adoubement de l'USDCoin par Visa a profité à l'Ether qui a percé le plafond des 2000 dollars ces jours-ci. Son prix a été multiplié par trois depuis le 1er janvier dernier. Nouveau rival de l'Ether, le Cardano (ADA) s'est quant à lui illustré avec un cours en hausse de 5000% depuis mars 2020. L'atout du Cardano, c'est de disposer d'un système qui traite les transactions beaucoup plus rapidement qu'Ethereum, connu pour sa lenteur (7 à 15 transactions par secondes contre 24000 pour Visa). En vertu d'améliorations techniques de l'interface avec la blockchain, le Cardano promet une rapidité sans précédent.

Autre devise en vue, le Litecoin (LTC) repose le même code source que le Bitcoin mais dans une version plus rapide offrant des transactions moins coûteuses. Depuis novembre 2020, le cours de cette monnaie créée en 2011 par un ancien de Google a triplé. Son niveau reste cependant en deçà de quelque 40% de son pic atteint il y a trois an et demi, juste avant le crash de 2017.

«Il y a plus de 8000 monnaies cryptées à ce jour. Quelque 75% de la capitalisation du marché est concentrée sur le Bitcoin et l'Ether. Les devises les plus risquées mais qui présentent aussi le plus grand potentiel de croissance sont celles qui sont à faible capitalisation, soit moins de 100 millions de dollars», indique Thomas Andrieu, auteur spécialisé dans les cryptomonnaies. «Les monnaies virtuelles s'inscrivent dans l'innovation avec des profils d'utilisation spécifiques, comme l'interbancaire, les prêts entre particuliers, les paiements ou encore l'épargne. Il est important de sélectionner les projets qui semblent les plus cohérents.»

Les mésaventures du Ripple aux USA

Mehmet Toral prévient: «Les cryptomonnaies peuvent représenter des investissements valables à long terme. Mais ils présentent des risques importants pour qui doit liquider ses positions à court terme. Il ne faut pas jouer avec de l'argent qu'on ne peut pas perdre ou dont on peut tout d'un coup avoir besoin. Il n'y a aucune certitude sur ce marché, comme on a pu le constater avec les mésaventures du Ripple (XRP).»

Pour mémoire, ce protocole de paiement fondé en 2012 a été implanté chez de grandes banques comme UBS en Suisse et le Crédit Agricole en France. Malgré de telles validation, le Ripple a enregistré un revers majeur en décembre dernier lorsque la SEC, le gendarme américain des marchés financiers, a décidé de retirer le token de la cotation aux Etats-Unis. Des milliards de dollars de capitalisation sont alors partis en fumée. Début avril, le cours de Ripple avait depuis gagné 150% pour revenir à son niveau d'avant l'action de la SEC.

Dans le monde des cryptos, une seule chose est certaine: il faut avoir le cœur bien accroché.

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."