Bilan

Edmond de Rothschild (Suisse) va cesser ses opérations à Hong Kong

La cessation d'activités d'Edmond de Rothschild (Suisse) à Hong Kong s'explique par la volonté de l'établissement de servir la clientèle internationale depuis le marché européen.

Le groupe bancaire genevois va gérer ses activités pour le Japon et la Corée à partir de son quartier général helvétique.

Crédits: Keystone

La banque privée Edmond de Rothschild (Suisse) va mettre un terme à ses opérations à Hong Kong, avec la fermeture de sa filiale dans l'ancienne colonie britannique. Cette cessation d'activités s'explique par la volonté de l'établissement de servir la clientèle internationale depuis le marché européen, indique la société genevoise jeudi.

Edmond de Rothschild continuera néanmoins "d'exploiter les opportunités de croissance sur les marchés asiatiques" par le biais de partenariats avec SMBC Nikko Securities et Samsung Asset Management, selon un communiqué très succinct publié en matinée. La banque confirme ainsi une information révélée quelques heures plus tôt par Reuters.

L'agence de presse évoquait un départ après un quart de siècle après l'implantation à Hong Kong. Cette décision s'inscrit "dans une stratégie de retour en Europe en raison de la pression croissante sur les coûts". Reuters cite une source proche du dossier ayant requis l'anonymat.

Le groupe bancaire genevois va gérer ses activités pour le Japon et la Corée du Sud à partir de son quartier général helvétique.

Le sort des collaborateurs de la filiale hongkongaise d'Edmond de Rothschild reste incertain. Fin 2015, le groupe bancaire Edmond de Rothschild comptait 163 mrd CHF d'actifs sous gestion (AuM), dont près de la moitié (48%) en encours dans la banque privée, et employait 2800 personnes.

Les banques privées en Asie se trouvent sous pression du fait des programmes d'amnistie fiscale agressifs mis en place par plusieurs pays pour rapatrier les capitaux exilés et craignent de se voir infliger des amendes conséquentes de la part des régulateurs locaux si elles ne jouent pas le jeu des autorités locales.

Le contexte difficile et la nécessité de réaliser des économies d'échelle dans un marché asiatique de plus en plus compétitif force certains acteurs à jeter l'éponge, selon Reuters.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."