Bilan

Dur de franchir le Röstigraben

Très peu de nouveaux étudiants choisissent de s’inscrire dans une autre région linguistique.

Hautes écoles universitaires Commencer ses études dans une autre région linguistique n’intéresse pas vraiment Romands ni Alémaniques. Selon un rapport de l’Office fédéral de la statistique, ils n’étaient, l’année dernière, que respectivement 3 et 5% à franchir la barrière de la langue lorsqu’ils se sont inscrits pour la première fois dans une université suisse. Une tendance qui stagne depuis plusieurs années. Au contraire, les italophones ont été plus de 84% à s’exiler, en raison de l’offre d’études relativement réduite de l’Università della Svizzera italiana, seule haute école universitaire de leur région.

A noter que l’Université de Saint-Gall, réputée dans les sciences économiques, a attiré 43% de tous les nouveaux étudiants francophones en 2018-2019. Dans l’autre sens, 32% des germanophones avaient choisi de bénéficier des compétences en sciences humaines et sociales de l’Université de Genève. 

Ivana Goretta

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Nicolas Pictet croit en la compétitivité de Genève

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."