Bilan

Divorce du siècle: «Je n’ai aucun regret»

La justice genevoise a accordé à Elena Rybolovleva la moitié de la fortune de son ex-mari, soit plus de 4 milliards de francs. Interview.

Elena Rybolovleva: "Il est conforme au droit que cette fortune soit équitablement partagée au moment du divorce."

Crédits: Marc Ninghetto

Après une âpre bataille qui aura duré plus de six ans, la justice genevoise a tranché en faveur d’Elena Rybolovleva. Elle lui accorde plus de 4 milliards de francs, soit la moitié de la fortune de son ex-mari, Dmitry Rybolovlev. Le Russe, président de l’AS Monaco, a construit sa richesse en vendant Uralkali, l’une des plus grands fabricants de potassium au monde. Interview exclusive.

 

Comment avez-vous appris la décision des juges de première instance?

Je suis particulièrement heureuse de ce jugement, non pas tant pour la victoire qu’il m’accorde, que parce que la justice a été rendue conformément au droit et sereinement, comme elle aurait été rendue pour n’importe quel couple en Suisse marié sous le régime légal ordinaire.

 

Est-ce que vous vous attendiez à une issue comme celle-ci?

Oui, car mon mari et moi n’avions pas un centime lorsque nous nous sommes mariés et que nous avons bâti ensemble une famille et une fortune. Il est donc juste et conforme au droit que cette fortune soit équitablement partagée au moment du divorce. Je sais que mon cas est hors norme en raison des montants en jeu, mais la main du juge en charge n’a pas tremblé au moment de rendre son verdict. Venant du pays d’où je viens, je suis reconnaissante et admirative de cette rigueur.

 

Que retenez-vous de ces longues années de procédures judiciaires?

Je n’ai aucun regret, ni de mes années d’amour, ni d’avoir mis un terme à un mariage devenu destructeur. En revanche, je déplore que mon mari ait décidé d’utiliser nos enfants comme un écran entre lui et moi pour éviter de payer sa dette. Ce divorce est le nôtre et j’aurais souhaité qu’il ait le courage et la dignité de me faire face plutôt que de se cacher derrière ses filles et ses trustees.

 

Vous avez beaucoup dénoncé et combattu les structures offshore créées par votre mari. Il y a même une jurisprudence qui porte votre nom?

Oui, en effet. Mon mari savait qu’il ne pouvait pas gagner sur le terrain juridique, et c’est justement pourquoi il a entrepris, avant même le divorce et pendant toute la procédure, de cacher la plupart des actifs dans une nébuleuse de structures, ou pour quelques autres de les grever de dettes créées de toutes pièces et de cesser de payer les créanciers là où il pensait que cela pouvait me nuire.

 

Que se passera-t-il si votre ex-époux fait appel du jugement?

Il est évident que mon mari fera appel de ce jugement et, dès lors, aucune de ses composantes, que ce soit en termes de payement ou de transfert de biens immobiliers, ne se réalisera tant que les procédures d’appel ne seront pas terminées.

Chantal Mathez

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."