Bilan

Dark pool: Credit Suisse et Barclays paient une amende record

Les deux banques payeront 154,3 millions de dollars pour mettre fin au poursuites dont elles faisaient l’objet pour des malversations sur leurs plateformes de courtage internes.
  • Forte amende pour Credit Suisse et Barclays aux Etats-Unis pour une affaire de "dark pool".

    Crédits: Image: Reuters
  • Le procureur de la SEC Eric Schneiderman a annoncé la décision américaine lundi 1er février.

    Crédits: Image: AFP

Credit Suisse Securities et Barclays Capital ont accepté de payer une amende cumulée record de 154,3 millions de dollars à la Security and Exchange Commission (SEC), le gendarme américain de la Bourse, et au bureau du Procureur général de New York pour clore une procédure judiciaire aux Etats-Unis. Les deux banques étaient accusées de malversations sur leurs plateformes de courtage internes, connues sous le nom de «dark pools». Contrairement aux marchés traditionnels, les cours des actions et obligations qui se vendent sur ces plateformes de courtage alternatif ne sont pas publics et les transactions peuvent être secrètes. L’identité du vendeur et de l’acheteur n’est révélée qu’une fois les transactions réalisées.

Lire aussi: Vers une amende record pour Credit Suisse dans l'affaire des "Dark Pools"

Credit Suisse (CS) devra payer 84,3 millions de dollars alors que Barclays Capital s’acquittera de 70 millions de dollars. La SEC reprochait plusieurs choses à Credit Suisse. Selon elle, la banque suisse avait assuré utiliser un système baptisé Alpha Scoring pour cataloguer de manière transparente et objective le volume mensuel des transactions des participants à son «dark pool Crossfinder». «En fait Alpha Scoring se basait sur plusieurs éléments subjectifs, n’était pas transparent et ne catégorisait pas mensuellement tous les utilisateurs du “dark pool”», a conclu la SEC. Le gendarme boursier accusait aussi la le CS de ne pas avoir respecté la confidentialité des utilisateurs de son dark pool et d’avoir transmis lors données aux autres systèmes du Credit Suisse. L’institution financière a aussi été accusée d’avoir favorisé certains traders au détriment d’autres.

Credit Suisse n’a pas admis ou nié les conclusions de la SEC

«Deux plateformes de courtage alternatif ne fonctionnaient pas comme ce qui était annoncé et n’ont pas respecté plusieurs règles pendant des années», a déclaré Joseph Sansone, l’un des enquêteurs de la SEC. «L’action de la Commission aujourd’hui envoie un signal fort et montre qu’elle continuera à s’intéresser de près aux plateformes de courtage alternatif pour qu’elles respectent les réglementations boursières».

Lire aussi: Credit Suisse paie 80 millions de dollars dans l'affaire "dark pools"

Dans le cadre de l’accord, Credit Suisse n’a pas admis ou nié les conclusions de la SEC. Contactée par Bilan, une porte-parole de la banque suisse à New York, a fait part de la «satisfaction» du Credit Suisse d’avoir mis un terme à cette affaire avec la SEC et le bureau du procureur général de New York.

Ces amendes pour le Credit Suisse et Barclays interviennent alors que les intrigues et malversations à Wall Street font l’objet de «Billions» (Milliards), une nouvelle série de la chaîne de télévision américaine Showtime. Elles sont le résultat du programme lancé en 2014 par Eric Schneiderman, le procureur général de l’Etat de New York, pour lutter contre l’«Insider Trading 2.0». Cette enquête avait été ouverte en juin 2014 dans le contexte d la sortie du livre «Flash Boys» de Michael Lewis, un ouvrage traitant du trading de haute fréquence.

Lire aussi: Aux Etats-Unis, les "dark pools" des banques sur la sellette

«»

Jean-Cosme Delaloye

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."