Bilan

Dans quels pays vont s'installer les millionnaires?

S'ils ont toujours eu une forte propension à changer de pays de résidence, les millionnaires sont de plus en plus mobiles: une étude fait le point sur les pays dans lesquels les HNWI vont s'installer. La Suisse n'est pas une destination majeure mais reste un lieu de résidence important.
  • Les millionnaires sont de plus en plus mobiles, n'hésitant pas à changer de pays de résidence pour des raisons très diverses.

    Crédits: Image: Tyler Olson
  • En plus d'être le pays qui compte le plus grand nombre de millionnaires, les Etats-Unis sont aussi le pays qui attire le plus de millionnaires étrangers.

    Crédits: Image: AFP
  • Londres et le Royaume-Uni constituent l'une des destinations privilégiées par les millionnaires à travers le monde.

    Crédits: Image: AFP
  • La Suisse ne se situe pas dans le top 10 des destinations d'émigration des millionnaires entre 2000 et 2014, mais reste au 6e rang pour le nombre de HNWIs.

    Crédits: Image: DR

La Chine, l'Inde et la France: voici le trio des pays qui ont connu la plus forte émigration de millionnaires entre 2000 et 2014. Avec respectivement 91'000, 61'000 et 42'000 départs, ces trois pays semblent faire fuir leurs ménages les plus aisés. Pour notre voisin hexagonal, la situation est encore plus critique si on se réfère au nombre de millionnaires par rapport à la population du pays: la France passe en tête des exils.

La dernière étude du cabinet sud-africain New World Wealth fait le point sur les migrations des ménages dont la fortune est estimée à un million de dollars ou plus (les HNWIs pour high net worth individual, soit individu ayant un patrimoine net important). Basée sur une population de 60'000 détenteurs de ce capital, l'étude place le Royaume-Uni, les Etats-Unis et Singapour en destinations de choix au niveau mondial avec respectivement 125'000, 52'000 et 46'000 millionnaires arrivés de l'étranger au cours des quatorze années écoulées.

La Suisse 6e pays mondial pour le nombre de millionnaires

La Suisse ne se situe pas dans le top 10 mondial des destinations sur cette période. Mais elle reste au 6e rang mondial pour le nombre de millionnaires présents sur son sol en 2014: ils seraient 345'600 en 2014. Soit douze fois moins qu'aux Etats-Unis (4'105'000), inatteignable leader du classement. Le Japon (1'255'400) et le Royaume-Uni (840'000) complètent le podium mondial. Entre ce trio et la Suisse se glissent l'Allemagne (821'900) et la Chine (608'500). L'accroissement du nombre de ménages fortunés dans notre pays avait été notée dès le printemps 2014 suite à une étude de l'Administration fédérale des contributions (AFC).

Notre pays se situe par contre au 2e rang des destinations choisies par les millionnaires français après le Royaume-Uni et juste avant le Luxembourg et la Belgique. Entre Zurich et Genève, les ménages fortunés issus de l'étranger sont majoritairement européens et issus de l'ex-URSS. A l'instar de ce constat se dégagent des tenances avec des pays d'accueil des millionnaires régionaux. Les riches asiatiques plébiscitent ainsi Singapour, Hong-Kong et l'Australie en destinations voisines, et les Etats-Unis quand leur expatriation est plus lointaine. Les USA comptent ainsi les millionnaires chinois, britanniques indiens et russes parmi les plus forts contingents.

Opportunités professionnelles, choix familiaux, sécurité

Les Emirats Arabes Unis (et Dubaï en particulier) constituent une destination prisée par les riches du Moyen-Orient, d'Inde et d'Afrique du Nord. L'Afrique du Sud attire les HNWIs du continent noir (essentiellement les pays sub-sahariens) mais aussi d'Inde, d'Indonésie et de Chine.

Ces migrations n'auraient pas pour seule motivation de choisir une domiciliation fiscale plus avantageuse: la première motivation des 60'000 millionnaires sondés pour l'étude fait apparaître en premier des raisons d'opportunités professionnelles, devant des choix personnels ou familiaux et la volonté de s'éloigner de régions et pays jugés peu sûrs.

 

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."