Bilan

Credit Suisse et UBS rejoignent une alliance dans la Blockchain

Les deux principaux groupes bancaires suisses ont formé et présenté publiquement une vaste alliance avec Intel, Accenture, Microsoft et de nombreuses banques, grands groupes industriels et startups: Enterprise Ethereum Alliance vise à développer et partager les potentiels de la solution.

UBS et Credit Suisse sont les deux acteurs bancaires suisses engagés dans l'alliance.

Crédits: Image: Keystone

Négocier des prêts de particulier à particulier ou d'investisseur à entreprise en direct, sans passer par un intermédiaire financier comme une banque, juste en peer-to-peer: c'est l'une des fonctionnalités promises par les promoteurs de la technologie Blockchain. Grâce à la mise en réseau des ordinateurs permettant un cryptage des opérations, des contrats notamment financiers pourront être conclus. Un danger pour les banques en tant qu'intermédiaires obligatoires?

Lire aussi: La Blockchain, clef de la sécurité du web

Pas question pour les grandes banques mondiales de voir les transactions (prêts, investissements, placements,...) leur filer sous le nez. D'où la volonté de ces institutions d'être présentes dans l'écosystème Blockchain. C'est le sens de cette alliance présentée mardi 28 février et baptisée Enterprise Ethereum Alliance. Cette dernière regroupe une trentaine de partenaires, dont de nombreuses banques et institutions financières (UBS, Credit Suisse, JPMorgan, ING, BBVA, Santander, Fubon Financial, BNY Mellon), mais aussi des géants de la technologie (Microsoft, Intel) et des poids lourds de différents secteur comme l'énergie (BP), le conseil (Accenture), l'information (Thomson Reuters) et une série de startups (Tendermint, BlockApps, Brainbot, String).

Floraison de projets sur la Blockchain

L'alliance va s'appuyer sur l'Ethereum, une version de la Blockchain avec des standards particuliers mise au point par le jeune programmeur canado-russe Vitalik Buterin. Ce dernier, âgé de 23 ans à peine, a vécu de longs mois en Suisse qu'il vient de quitter mais la Fondation Ethereum reste basée en Suisse (à Zoug). Elle avait levé près de 18 millions de francs via le crowdfunding voici quelques mois, suscitant l'intérêt de très nombreux investisseurs Présent mardi lors de la présentation de l'Enterprise Ethereum Alliance, il s'est félicité du fait que le système qu'il a mis au point va être utilisé comme référence par autant d'institutions et d'acteurs majeurs de l'économie.

Lire aussi: La Suisse, Mecque du bitcoin pour les start-up

La naissance de cette alliance s'inscrit dans un contexte plus vaste dans lequel les géants de la technologie tentent de reprendre pied dans l'univers Blockchain, apanage ces dernières années des startups et des développeurs indépendants. Ainsi, IBM a soutenu voici quelques temps Hyperledger, un projet collaboratif basé lui aussi sur les applications de la Blockchain, mais lancé à l'initiative de la Fondation Linux, avec d'autres grands groupes industriels et financiers (Airbus et BNP Paribas notamment). Les deux projets ne sont d'ailleurs pas exclusifs: Intel, Accenture ou encore JPMorgan y sont intégrés tout en étant partie prenante dans le projet Enterprise Ethereum Alliance.

Cette floraison de projets dédiés à la Blockchain témoigne de l'attention portée par les grandes institutions financières et les géants de la Silicon Valley à une technologie encore très récente. Si le Bitcoin s'est appuyé sur la Blockchain et a grandi très vite, faisant planer sur l'économie la menace d'une monnaie mondiale alternative à celles portées par les économies traditionnelles et les banques centrales, la Blockchain demeure balbutiante: de nombreux experts et avocats de cette solution en développent les fantastiques potentiels mais les applications concrètes déjà en usage sont encore très rares. En s'engageant ainsi, les grandes banques (dont UBS et Crédit Suisse) veulent éviter de vivre ce que d'autres acteurs majeurs ont vécu dans des secteurs différents avec une innovation disruptive qui les a rapidement mis à l'écart des tendances, à l'instar de Kodak pour la photographie.

Lire aussi: Ethereum, une révolution est en marche

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."