Bilan

Credit Suisse a biffé 3500 postes et réalisé la moitié des économies 2016

Le groupe bancaire a biffé 58% des 6000 emplois visés par les mesures de restructuration en cours, indique mardi le CEO Tidjane Thiam.

Les 2500 postes restants seront supprimés d'ici la fin de l'année.

Crédits: Keystone

Credit Suisse a essuyé une perte moins lourde qu'anticipé au premier trimestre 2016 et a indiqué mardi avoir progressé dans la restructuration de ses activités. Si la direction se veut prudente pour l'ensemble de l'exercice, les investisseurs réagissaient positivement à ces annonces et gratifiaient le titre d'une solide envolée.

Alors que le patron Tidjane Thiam avait averti en mars s'attendre à des résultats négatifs entre janvier et mars, la perte nette s'est finalement établie à 302 mio CHF pendant la période sous revue, après un bénéfice net de 1,1 mrd un an plus tôt.

Le résultat avant impôts a également plongé en territoire négatif à 484 mio CHF, après un bénéfice de 1,5 mrd au premier trimestre 2015, a précisé le groupe dans un communiqué. Le produit d'exploitation s'est quant à lui contracté de 30% à 4,6 mrd pendant la période sous revue.

La perte nette et avant impôts est moins lourde qu'anticipée par les marchés, mais les recettes ont manqué les attentes, reflétant les conditions de marché difficiles en début d'année.

"Nous avons pu faire de bons progrès dans tous ces domaines (de la restructuration) et ce, dans un contexte de marché extrêmement difficile", a affirmé le directeur général (CEO) Tidjane Thiam, cité dans le communiqué.

Selon le CEO, "au cours du premier trimestre 2016, notamment en janvier et en février, nous avons dû opérer sur certains des marchés les plus difficiles que nous ayons connus, avec des volumes et une activité clientèle fortement réduits".

"Même s'il y a eu de légers signes d'amélioration de l'activité en mars puis en avril, la frilosité des marchés et les bas niveaux d'activité clientèle vont probablement persister durant le deuxième trimestre", a-t-il averti.

Le patron a néanmoins tenté de rassurer, affirmant que les objectifs devraient être atteints d'ici 2018. Le résultat au deuxième trimestre devrait être meilleur qu'au premier, a souligné M. Thiam, lors d'une conférence téléphonique. Si les responsable refusent de se projeter sur l'ensemble de l'année, le directeur financier (CFO) David Mathers a souligné que le ratio de fonds propres durs devrait atteindre 11% à 12% d'ici fin 2016.

Au niveau des capitaux, l'établissement affichait entre janvier et mars un ratio de fonds propres durs (CET1 "look through") stable à 11,4%. Les actifs pondérés des risques ont été réduits de 10 mrd à 280 mrd USD.

La banque a réussi à comprimer ses coûts, l'un des principaux objectifs de redressement. Le total des charges d'exploitation a atteint 4,97 mrd CHF en début d'année, une baisse de 3% sur un an et une diminution de moitié par rapport au dernier trimestre 2015.

Credit Suisse a biffé à ce jour 3500 postes, soit 58% des 6000 emplois visés par les mesures de restructuration en cours. Les 2500 emplois restants seront supprimés d'ici la fin de l'année. Au premier trimestre, le numéro deux bancaire helvétique a réalisé, sur une base annualisée, plus de la moitié des 1,4 mrd CHF d'économies prévues pour 2016. Les coûts d'exploitation doivent être ramenés à 19,8 mrd CHF cette année.

GESTION DE FORTUNE POSITIVE, BANQUE D'AFFAIRES DANS LE ROUGE

Principalement visée, l'unité Global Markets (GM) a subi un saignée de 1000 postes, représentant des économies annualisées de 260 mio USD. Les risques liés au portefeuille d'activités de la banque d'affaires ont également été réduits de 8 mrd USD, a précisé le CEO.

Parmi les principales divisions du groupe, l'unité Asie Pacifique (Apac) a vu son bénéfice avant impôts reculer de 46% sur un an à 251 mio CHF, mais a profité d'afflux de capitaux de 4,3 mrd, en baisse de 0,2 mrd par rapport au 1er trimestre de l'année dernière.

La gestion de fortune internationale (IWM) a amélioré de 3% à 270 mio CHF son résultat avant impôts et a enregistré dans la banque privée des afflux nets de 5,4 mrd, après des reflux de 0,7 mrd un an plus tôt.

La banque universelle suisse (Swiss UB) affiche quant à elle un bénéfice avant impôts quasiment stable à 426 mio CHF et des apports de liquidités de 0,7 mrd, après 1,5 mrd au premier trimestre 2015. Le groupe a estimé être sur la bonne voie pour introduire cette unité partiellement en Bourse d'ici fin 2017.

Dans les activités de banque d'affaires, Global Markets a plongé dans les chiffres rouges avec une perte avant impôts de 635 mio CHF, après un bénéfice de 842 mio il y a un an. L'unité Investment Banking & Capital Markets a pour sa part creusé son résultat négatif à 103 mio CHF, après -47 mio.

A la Bourse suisse, ces annonces réjouissaient les investisseurs, permettant au titre de partiellement remonter la pente. A 11h09, l'action Credit Suisse prenait 6,4% à 14,29 CHF, dans un SMI en hausse de 1,48%.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."