Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Coronavirus: «C’est une fois de plus sauve qui peut la finance!»

Et si les solutions actuellement adoptées face à la crise économique générée par le coronavirus se révélaient désastreuses pour l'économie réelle?

Pourquoi critiquez-vous ce genre d’intervention des banques centrales?

Jean-Michel Servet. (Florian Barras)

Les Keynésiens estiment que l’assouplissement quantitatif n’engendre pas d’inflation car la nouvelle augmentation de la masse monétaire est principalement dirigée vers les marchés financiers et ne fait qu’augmenter le bilan des banques centrales. A vous entendre, vous semblez regretter qu’il n’y ait pas d’inflation provoquée dans la crise actuelle…

Une inflation modérée pour alléger la dette?

Comment, précisément, venir en aide aux plus démunis, particulièrement vulnérables dans cette pandémie?

Que suggérez-vous pour l’Europe, et notamment la Suisse?

Voilà pour le court terme. Mais à moyen terme, que proposez-vous pour réformer le système monétaire ?