Bilan

Comment surfer sur le boom démographique

Tout changement engendre des opportunités d’investissement. Conseils pour identifier les entreprises qui feront le futur.

Les changements d’ordre climatique et démographique ou en termes de consommation et d’innovation bouleversent nos habitudes. Ces quatre tendances («trends») de long terme ont un impact non seulement sur la planète, mais aussi sur les marchés financiers et leurs acteurs. Or, force est de constater qu’elles sont souvent trop vastes et évoluent trop vite pour les investisseurs. D’ailleurs, la nature des entreprises elles-mêmes conduit les acteurs financiers à gommer progressivement les différences entre pays, industries et secteurs. Face à une classification habituelle vouée à devenir obsolète, les gérants de portefeuille sont ainsi nombreux à se tourner vers des solutions thématiques en s’éloignant des carcans traditionnels, sectoriels ou passifs.

Un «trend» présente de multiples ramifications. Il est alors essentiel de choisir un angle d’attaque et d’y associer les compétences adéquates pour pouvoir identifier les entreprises qui feront le futur. Il s’agit d’observer au plus profond d’une tendance pour en faire ressortir les thèmes spécifiques. En ce qui concerne la démographie, les stratégies d’investissement se positionnent autour de thèmes liés à la croissance de la population et ses conséquences sociales et structurelles, l’allongement de l’espérance de vie, l’impact économique des classes moyennes ou encore l’urbanisation, car l’appel des villes ne fait que s’accélérer, en particulier dans les pays émergents. L’impossibilité structurelle de développer une seule et unique stratégie d’investissement à partir d’une tendance comme le changement démographique a trouvé sa solution dans des stratégies thématiques lancées avec succès par des acteurs qui donnent un nouveau souffle à la gestion active.

L’explosion démographique repose sur des avancées scientifiques et leurs applications technologiques. Sans elles, la population mondiale n’aurait jamais triplé au cours du seul XXe siècle. Les progrès pharmaceutiques ont contribué à freiner la mortalité infantile, endiguer certaines épidémies, ou plus simplement allonger la durée de vie, et ce dans de meilleures conditions. La course à l’optimisation, portée par l’omniprésente technologie, a permis l’accroissement des rendements agricoles. Mais il ne suffit pas de produire plus, c’est aussi l’ambition de produire de façon plus raisonnée et plus responsable qui conduit les êtres humains à se nourrir plus régulièrement et progressivement mieux. Autant de facteurs qui contribuent à une démographie positive, tout en offrant des opportunités d’investissement à qui sait les identifier suffisamment tôt.

Multiples défis à relever

L’augmentation de la population mondiale ne va pas sans engendrer des tensions, ce qui pose de nouveaux défis éthiques et technologiques qu’il convient de relever afin de pallier des ressources limitées en eau et en terre arable, mais aussi de lutter contre une pollution qui touche toutes les dimensions de notre écosystème. Ces tensions se ressentent jusque dans les mégapoles, qui doivent, pour survivre, devenir «intelligentes» en réinventant les codes de l’urbanisme via les nouvelles technologies. Face à ces défis, il faut des gouvernements ambitieux et courageux, de nouvelles législations, mais surtout des entreprises qui façonnent l’avenir grâce à leur capacité à innover et à s’adapter rapidement.

Côté investisseur, l’intérêt de considérer la démographie et les thématiques qui s’y rattachent ne s’arrête pas là. En effet, les générations sont plus nombreuses et se côtoient sur des durées plus longues. Même si les «millennials» ne consomment pas comme les «papy-boomers», leurs intérêts ne cessent de s’entremêler. Une nouvelle raison d’apprendre à analyser tout le spectre démographique, non seulement pour identifier les transferts de richesse intergénérationnels, mais également les entrepreneurs qui participent à cette dynamique sans précédent.

* Senior analyst, Union Bancaire Privée (UBP)

Le Berre Cedric
Cédric Le Berre

Analyste fonds senior et spécialiste en investissement

Lui écrire

Cédric Le Berre a rejoint l’UBP en 2013 en tant que spécialiste en investissement et analyste fonds. Il couvre principalement la sélection des gérants et la recherche en actions pour les marchés américain, émergent et japonais. Précédemment, Cédric Le Berre a travaillé chez Lloyds International Private Banking, spécialisé dans la sélection de fonds et la gestion de portefeuille, couvrant les marchés émergents et le Japon. Auparavant, il avait été, durant cinq ans, analyste sur les marchés émergents au sein de Lombard Odier & Cie.

Cédric Le Berre est titulaire d’un diplôme (MA) de Philosophie et de Chinois de l’Université de Genève, ainsi que d’un MBA de HEC-Genève (Hautes Etudes Commerciales de l’Université de Genève).

Du même auteur:

Le Japon entre en mutation structurelle
Critères ESG: le Japon change-t-il de cap?

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."