Bilan

Comment investir pour profiter de la reprise de l’inflation

L’économie rebondit et entre dans une période au cours de laquelle la croissance et l’inflation vont augmenter. Panorama de quelques pistes à explorer pour ses placements financiers.

Crédits: Keystone

Ces temps-ci, les gouvernements ont deux priorités: endiguer l’épidémie du Covid-19 et retrouver le chemin de la croissance. Or, l’un ne va pas sans l’autre. Les Etats-Unis sont en passe d’atteindre ce double objectif. Sur le front sanitaire, la campagne de vaccination bat son plein et tout porte à croire que 70% de la population américaine sera vaccinée d’ici à fin juin. Quant à l’économie, elle devrait croître de 6,6% cette année, notamment grâce à un gigantesque plan de relance.

En arrière-plan, la Réserve fédérale (Fed) maintient les taux bas et poursuit son assouplissement quantitatif pour soutenir la relance. Ce faisant, elle accepte donc un pic d’inflation qui pourrait atteindre 3%, avant de retomber en douceur. Toutefois, certains redoutent une inflation qui ne se normalise pas, dans un second temps, vers l’objectif de 2% de la Fed. Ce risque est présent mais n’est pas l’hypothèse de base de la recherche d’UBS. 

Ces prochains mois, dans la plupart des grandes économies, on peut s’attendre à une période de forte croissance, d’inflation plus haute et de taux courts qui restent bas. Cette phase de la reprise profite notamment à plusieurs valeurs.

L’inflation va profiter aux financières et à l’énergie

Les financières et l’énergie ont sous-performé le marché depuis le début de la pandémie: elles ont un potentiel de rattrapage. Pour les financières, la réduction du risque de crédit, l’augmentation des distributions aux actionnaires, ainsi qu’un écart de plus en plus important entre les taux à long et court terme sont des éléments favorables. 

Quant aux actions du secteur énergétique, elles devraient profiter de la reprise de la demande en pétrole, qui n’est que partiellement reflétée dans leurs valorisations. En plus de surperformer le marché sur le court terme, ces secteurs pourraient être de bonnes couvertures en cas de chute des prix des obligations.

Avantages aussi aux matières premières

Actuellement, les matières premières peuvent aussi jouer un rôle important dans un portefeuille. Elles bénéficient d’une croissance plus soutenue et peuvent couvrir le risque d’une inflation persistante. La demande de pétrole qui augmente plus fortement que l’offre devrait pousser le prix du baril de WTI à 72 dollars d’ici à la fin de l’année.

Le cuivre et le palladium devraient profiter de la reprise. L’engouement pour les énergies renouvelables soutient la demande de cuivre et son prix pourrait atteindre 11 000 dollars la tonne d’ici à la fin 2021. Dans le même intervalle, le prix du palladium devrait grimper à 2800 dollars l’once, soutenu par la reprise de la production automobile.

Profite au portefeuille mais pas à l’épargne

Si le regain temporaire de l’inflation devrait être principalement marqué aux Etats-Unis, la hausse des prix à la consommation devrait rester très basse en Suisse, aux alentours de 0,4% cette année. Cependant, tout comme aux Etats-Unis, les taux réels restent négatifs, ce qui fait fondre l’épargne. La percée de l’inflation à l’étranger laisse entrevoir des opportunités d’investissement pour ceux qui veulent faire travailler leur épargne.

James Mazeau

économiste

Lui écrire

James Mazeau, économiste, est Chief Investment Office (CIO) chez UBS Global Wealth Management.

Du même auteur:

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."