Bilan

Combien coûte le mariage royal de Harry et Meghan?

C'est l'événement people du mois de mai (voire de l'année): le prince Harry épouse Meghan Markle ce samedi 19 mai. Mais combien coûte un tel événement? A l'heure du Brexit et de l'austérité budgétaire britannique, les paillettes ont-elles le même éclat?

Les chiffres valsent pour le mariage de Meghan Markle et du prince Harry.

Crédits: Oli Scarff / AFP

C'est à l'heure du divorce entre Londres et le continent que le n°6 dans l'ordre de succession au trône d'Angleterre (après son père, son frère et ses neveux/nièces) va convoler en justes noces avec Meghan Markle. Et pour certains analystes, l'effet du mariage pourrait légèrement atténuer l'impact du Brexit. Ainsi, selon John Plassard, consultant pour Mirabaud Securities, cité par AllNews, «le mariage tombe à un moment propice pour l’économie britannique empreinte de nombreux doutes: plongeon de la livre sterling, ralentissement plus important que prévu de l'inflation en mars, ralentissement de la croissance à +0,1% au premier trimestre (pire résultat pour le Royaume-Uni en cinq ans, alors que le consensus tablait sur une progression de 0,3%) et déceptions pour l'activité manufacturière et dans les services au mois d'avril (PMI)».

Lire aussi: La reine Elizabeth II autorise le déclenchement du Brexit

Or, comme le rappelle l'expert, les précédents grands mariages de la famille royale se sont tous déroulés en périodes de difficultés économiques (hausse des impôts et suppression de 490'000 postes de fonctionnaires lors des noces de William et Kate en 2011; rigueur thatcherienne et grève de la faim des prisonniers de l'IRA à l'époque du mariage de Charles et Diana en 1981). Simple coïncidence ou les dirigeants britanniques ont-ils profité de ces événements pour donner un coup de pouce à la croissance?

Le premier impact est celui du tourisme: si deux milliards de téléspectateurs avaient suivi le mariage de 2011, plusieurs dizaines de milliers au moins de touristes étrangers avaient fait le déplacement jusqu'en Angleterre. Rien de très surprenant lorsque l'on sait que, sur près de 25 milliards de francs générés par le tourisme dans le pays, 750 millions seraient directement liés à la monarchie, pour les seules visites de palais et châteaux, sans même tenir compte des achats de souvenirs. «Selon un expert, les ventes de souvenirs devraient augmenter de 60 millions de livres sterling grâce au mariage. En 2011, le mariage de Kate et William aurait généré une augmentation des ventes de plus de 500 millions de livres sterling dans le pays», ajoute John Plassard.

Des bénéfices pour la distribution et l'alimentation

Moins attendu est l'impact sur le secteur de la distribution et de l'alimentation: le Centre for Retail Research (CRR), institut de recherche spécialisé dans la distribution, estime que l'événement, à l'instar de la naissance du deuxième enfant de Kate et William voici quelques mois, devrait avoir un effet très positif sur les chiffres de ventes de nourriture et boissons, mais aussi de livres et journaux, ou encore d'articles de mode et de luxe (tenues spéciales): 120 millions de livres en ventes supplémentaires pour le mois de mai. Soit bien moins que l'impact du mariage de l'aîné de la fratrie en 2011 (160 millions de livres sterling pour la nourriture et la boisson et 370 millions de livres pour les souvenirs et autres dépenses de visiteurs étrangers). Parmi les explications à ces chiffres figurent les fêtes populaires organisées dans les villes et villages du royaume: 298 événements recensés en 2011, contre 51 seulement annoncés pour 2018.

Un coup de pouce limité à l'économie donc, mais aux effets non négligeables alors que les nuages noirs s'amassent dans le ciel de l'économie anglaise, après des mois et des mois de négociations ardues avec Bruxelles sur les conditions du Brexit. Mais pour ce coup de pouce, quel investissement sera nécessaire? Et qui va devoir mettre la main à la poche pour payer la note des noces?

Ces dernières années, pour les mariages de la famille royale (remariage de Charles et Camilla, mariage de William et Kate), ce sont les Windsor qui ont assumé la majeure partie des frais, laissant aux autorités la charge du dispositif de sécurité. Paradoxalement, ce choix pèse désormais davantage pour le contribuable britannique, en raison des risques d'attentat et des technologies déployées plus coûteuses que lors de l'union des parents de William et Harry en 1981. A contrario, les cérémonies et réceptions étaient plus fastueuses voici 37 ans: c'était l'héritier direct de la couronne qui se mariait, et la monarchie n'était pas encore contestée comme elle a pu l'être suite aux frasques des membres de la famille royale dans les années 1990. Depuis l'aube du XXIe siècle, la sobriété est de mise. Le mariage de Charles et Diana avait coûté 84 millions de livres en 1981, le deuxième mariage du prince héritier avec Camilla seulement cinq millions de livres en 2005. En 2011, le mariage de William et Kate avait coûté 24 millions de livres selon Forbes.

Lire aussi: George Clooney, Brad Pitt: les photos de mariage les plus chères

Evidemment, aucun chiffre officiel n'a encore été divulgué sur le budget du mariage de Harry et Meghan. Et les experts s'en donnent à coeur-joie pour évaluer le coût de l'événement. Pas moins de 32 millions de livres sterling, selon Hamish Shephard, fondateur de Bridebook, interrogé par RTL: «La nourriture et les boissons coûteront à eux seuls près de 430 livres sterling. Les invités devraient boire près de 17'000 coupes de champagne et verres de vin. Ils mangeront 28'000 canapés». Pour Aimee Dunne, wedding planner pour célébrités interrogée par CNN, la seule cérémonie devrait se chiffrer à près de 500'000 livres sterling. Sans compter les diverses réceptions.

Car c'est là que résident les gros postes budgétaires pour un tel événement. En 2011, le prince Charles et la famille Middleton (classée parmi les grandes fortunes du royaume grâce à un business d'accessoires de fêtes) s'étaient partagés les frais des réceptions du mariage proprement dit, tandis que la reine Elizabeth II avait elle aussi mis la main à la poche pour une réception. En 2018, la donne n'est pas la même: si la famille Markle n'est pas pauvre, leur niveau de fortune est loin d'approcher celui des Middleton. Et les frasques des dernières semaines (séances photos arrangées avec les paparazzi par le père de Meghan), ainsi que divers détails qui pourraient faire tiquer certains membres archaïques de l'aristocratie britannique (Meghan Markle a été mannequin et actrice en Californie, sa mère est afro-américaine et elle-même se qualifie de «caméléon ethnique», elle-même est divorcée, et elle vient à peine d'être baptisée dans la foi anglicane) pourraient pousser le père du marié à assumer seul le coût de la fête du mariage.

Invités, robe de mariée, gâteau

Cette fête devrait regrouper 2640 personnes au château de Windsor pour la réception suivant la cérémonie, qui prendra place au terme du cortège conduisant les nouveaux époux en calèche de la chapelle Saint-Georges où se tiendra la cérémonie religieuse jusqu'au parc du château à travers les rues de Windsor, au milieu d'une foule attendue de plus de 100'000 spectateurs.

La suite de la cérémonie ne devrait concerner qu'un nombre très réduit d'invités: Harper's Bazaar affirmait récemment que 200 invités seulement vivront la fête jusqu'au bout, avec le dîner offert par le prince Charles dans la résidence de Frogmore House, près du château de Windsor. La reine elle devrait prendre pour elle le déjeuner-buffet préalablement offert à 650 invités. Pour ce moment-là de l'événement, les postes budgétaires sont nombreux, des cartons d'invitation (voir ci-dessous) au gâteau en passant par la robe. Cette dernière, selon les rumeurs, aurait porté son choix sur une robe signée Ralph&Russo dont le prix est annoncé autour de 400'000 livres sterling. A titre de comparaison, la toilette choisie en 2011 par Kate Middleton (une robe dessinée par Sarah Buron pour Alexander McQueen) avait coûté 250'000 livres.

Et pas de mariage sans gâteau. Celui de la fin de soirée pour Harry et Meghan respectera les convictions du père du marié: le prince Charles, ardent promoteur de l'agriculture biologique, va offrir au jeune couple un gâteau couvert de crème de beurre et de fleurs fraîches signé de la cheffe patissière Claure Ptak, qui officie au sein de la pâtisserie Violet Bakery.

Et pour le contribuable? Les frais de sécurité, avec de nombreux drones (et dispositifs anti-drones), portiques de sécurités, hélicoptères, équipements divers et plus de 5000 policiers, membres des forces spéciales, ambulanciers et pompiers déployés, devraient se chiffrer à 30 millions de livres sterling. En 2011, les Britanniques avaient bénéficié d'un jour férié pour les noces de William et Kate (comme lors des mariages de Charles et Diana, ainsi que celui de la princesse Anne avec Mark Philips): une dépense estimée à 2,3 millions de livres par le Centre for Economics and Business Research. La rigueur budgétaire et le fait que Harry ne soit que 6e dans l'ordre de succession au trône ont sans doute poussé Theresa May à ne pas annoncer de tel cadeau à la population cette année.

Autre choix qui a permis d'atténuer l'impact pour les finances publiques: le lieu de la fête, au château de Windsor. Même si la sécurisation d'un site aussi vaste nécessite des moyens importants, il est plus aisé (et donc moins coûteux) à sécuriser qu'un site en plein Londres. Cependant, «assurer la sécurité d’un monument historique comme celui-là risque d’être très coûteux, surtout étant donné le climat actuel et les récentes attaques terroristes», a averti Aimee Dunne. En 2011, le poste sécurité du mariage de Kate et William s'était élevé à 20 millions de livres.

Lire aussi: Le prix d'un accouchement en Suisse équivalent à celui du Royal Baby

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."