Bilan

Ces milliards qui échappent au fisc américain

Comme les multinationales américaines ne rapatrient pas leurs gains obtenus à l’étranger, le fisc perd environ 620 milliards.

Apple économiserait 59,2 milliards d'impôts d’après les calculs des deux ONG.

Crédits: Dr

Plus de 2100 milliards de dollars! Les revenus accumulés par les 500 plus grosses entreprises américaines à l’étranger sont colossaux. Ils représentent l’équivalent de trois fois et demi le produit intérieur brut de la Suisse.

Selon une étude publiée par deux organisations non gouvernementales, Citizens for Tax Justice et U.S. PIRG Education Fund, Apple et General Electric détiennent respectivement 181 et 119 milliards de dollars dans trois et dix-huit paradis fiscaux. Puis suivent Microsoft, Pfizer et IBM avec 108, 74 et 61 milliards de dollars.

Si ces sommes sont aussi élevées, c’est parce que les Etats-Unis taxent la totalité des bénéfices de leurs multinationales y compris ceux réalisés hors de leurs frontières. Pour échapper au fisc, ces dernières ne rapatrient donc pas les gains obtenus à l’étranger. Ce faisant, elles économisent au total environ 620 milliards d’impôts (Apple: 59,2 milliards, Microsoft: 34,5 milliards) d’après les calculs des deux ONG.

Acquisitions à l'étranger

Pour y parvenir, certaines n’hésitent pas à multiplier le nombre de filiales dans les paradis fiscaux: 258 pour le fonds d’investissement KKR ou 210 pour la banque Morgan Stanley. Sur le podium des pays les plus attractifs figurent les Pays-Bas, Singapour et Hong Kong. Ils devancent le Luxembourg, la Suisse, l’Irlande, les Iles Cayman et les Bermudes.

Comme elles ne peuvent pas rapatrier ces fonds aux Etats-Unis sans y être lourdement taxées (35%), ces multinationales tentent de procéder à des acquisitions de sociétés à l’étranger (la division mobile de Nokia par Microsoft, le pôle énergie d’Alstom par General Electric, Covodien par Medtronic, etc.).

Les deux ONG exigent que l’administration américaine prenne des mesures pour permettre aux multinationales de rapatrier leurs profits. «Ces dernières qui profitent des paradis fiscaux utilisent pourtant nos infrastructures et bénéficient de notre système d'éducation», constate U.S. PIRG Education Fund.

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."