Bilan

Ce qui pèse sur le forfait de ski

De nombreuses dépenses influencent le prix du forfait de ski journalier. Avec toutefois des disparités entre les petits et les grands domaines.

Le prix moyen d'une journée de ski durant la saison 2019-2020 était de 64,90 francs.

Crédits: Pixabay

50% Installations

Les installations représentent la moitié des coûts. Un poste assez homogène: cela varie de 52,2% pour les petits domaines à 48% pour les plus grands. Après les gros investissements des années 1960 à 1980, les principales dépenses actuelles sont dans le renouvellement et l’entretien des installations existantes. Le nombre de remontées mécaniques a stagné en Suisse depuis 1990.

17,5% Autres coûts

Les autres coûts (IT, ventes, marketing) affichent à nouveau de grandes disparités entre les petits domaines (12%) et les grands domaines (23%). Un différentiel qui peut s’expliquer par des investissements impwortants dans les grands domaines, notamment dans les domaines de l’outil informatique (IT) et dans le marketing afin d’attirer et de gérer de nombreux clients. A contrario, les petits domaines misent davantage sur une clientèle d’habitués et sur le bouche-à-oreille, et ne se montrent que rarement pionniers dans les solutions innovantes, en raison de leur coût important.

15% Préparation des pistes

Le coût de la préparation des pistes est assez stable, que l’on évoque les petits ou les grands domaines, variant respectivement de 13,9 à 16%. Une homogénéité due à des coûts similaires et proportionnels à l’étendue du domaine et à des processus largement maîtrisés par tous les acteurs.

12% Enneigement

L’enneigement présente de grandes disparités, avec une part faible dans le prix du forfait d’un petit domaine (7%), mais un ratio plus élevé pour les grands domaines (17,2%). Cela s’explique notamment par le fait que les petits domaines, souvent situés à plus basse altitude, n’ont pas investi dans des dispositifs d’enneigement artificiel et n’ouvrent le domaine qu’en cas d’enneigement naturel suffisant. Pour les grands domaines, la garantie du ski est vitale et a nécessité des investissements conséquents pour assurer aux skieurs la possibilité de skier sur une majeure partie du domaine, voire de permettre un retour en station skis aux pieds jusque tard dans la saison.

5,5% Sécurité des pistes

La sécurité des pistes est relativement homogène, passant de 4% pour les petits domaines à 6,4% pour les grands domaines. Il s’agit essentiellement de coûts de personnel, afin de disposer sur l’ensemble du domaine skiable de secouristes qualifiés et prêts à intervenir à tout moment. Le petit différentiel peut être expliqué par un recours plus important à des moyens techniques motorisés sur les grands domaines (motoneige), tandis que les petits domaines continuent majoritairement de faire confiance aux sauveteurs à skis.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."