Bilan

BSI connaît un reflux net de capitaux de 6,3 milliards de francs

La banque tessinoise BSI a en outre indiqué que les avoirs sous gestion (AuM) de BSI ont été affectés par la dépréciation du franc suisse par rapport au réal brésilien.

La Finma avait sanctionné BSI d'une ponction de 95 millions de francs sur le bénéfice indûment réalisé.

Crédits: Keystone

La banque tessinoise BSI a connu un reflux net de capitaux à hauteur de 6,3 mrd CHF au cours du 2e trimestre 2016. Dans son rapport d'étape publié dans la nuit de mardi à mercredi, sa maison-mère brésilienne BTG Pactual a en outre indiqué que les avoirs sous gestion (AuM) de BSI ont été affectés par la dépréciation du franc suisse par rapport au réal brésilien.

Sollicité par AWP, l'institut luganais, actuellement empêtré dans le scandale lié au fonds souverain malaisien 1MDB et en passe d'être racheté par le gestionnaire de fortune zurichois EFG International, n'était pas disponible dans l'immédiat pour fournir plus détails sur ses propres résultats.

A fin juin, la part des AuM de BSI dans l'ensemble de la gestion de fortune de BTG se montait à 243 mrd BRL (75,7 mrd CHF au cours du jour), contre 295 mrd à la fin du 1er trimestre, soit une baisse de 17,6%. Depuis le début de l'année, le recul est de 29,2%. Les AuM de BSI représentent plus de trois quarts de ceux de BTG.

Les recettes de BSI dans la gestion de fortune ont fondu de plus de moitié au 2e trimestre (-57,2%) par rapport au précédent, à 482 mio BRL (150 mio CHF). Dans son rapport d'étape, la banque d'investissement brésilienne explique ce recul essentiellement par un effet de base suite à la vente au 1er trimestre de la participation de BSI dans son ex-prestataire de service informatiques B-Source, des effets de change négatifs et le reflux de capitaux.

Les dépenses liées à BSI ont enflé de 0,5% en comparaison trimestrielle, à 647 mio BRL (201 mio CHF), et ce malgré la baisse des charges de personnel. Les coûts administratifs ont pris l'ascenseur (+26%) à 312 mio BRL, dont 75 mio (23,5 mio) en coûts légaux non récurrents.

Fin mai, BSI avait été épinglée par les autorités de surveillance suisse (Finma) et singapourienne (MAS), qui lui reprochent de graves manquements dans l'organisation interne et la lutte contre le blanchiment d'argent. Des enquêtes pénales sont également en cours contre des responsables de la banque dans les deux pays.

A cette occasion, la Finma avait sanctionné BSI d'une ponction de 95 mio CHF sur le bénéfice indûment réalisé, imposé la dissolution de la banque suite à son intégration dans le groupe EFG International et interdit à ses dirigeants d'occuper des postes à responsabilité dans la nouvelle entité.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."