Bilan

Brexit: la BNS soumise à une pression interventionniste

La Banque nationale suisse indique vendredi être intervenue sur le marché des changes. Des taux encore plus profondément négatifs ne sont pas à exclure, selon Credit Suisse.

Pour peu que la BNS parvienne à stabiliser la monnaie nationale, la conjoncture helvétique ne devrait toutefois pas trop souffrir.

Credit Suisse prédit vendredi une pression interventionniste sur la Banque nationale suisse (BNS), dans la foulée de la décision des citoyens britanniques de sortir de l'Union européenne. Un nouvel abaissement des taux n'est pas exclu. Une grande volatilité va s'emparer des marchés, explique pour sa part l'autre grande banque, UBS, qui s'attend à une action coordonnée des banques centrales européennes pour limiter les dégâts.

Comprendre en une minute: Quelles seraient les conséquences d'un Brexit pour la Suisse? 

L'attrait du franc risque de forcer la BNS à intervenir pour contrer son appréciation, et Credit Suisse n'exclut pas que le garant de la stabilité monétaire doive adopter des taux encore plus profondément négatifs. Pour peu que la BNS parvienne à stabiliser la monnaie nationale, la conjoncture helvétique ne devrait toutefois pas trop souffrir, estime le responsable des investissements (CIO) Michael Strobaek dans un commentaire.

Lire aussi: La BNS envisage de nouvelles mesures en cas de Brexit

Les performances des diverses classes de titres d'entreprises risquent de connaître des évolutions divergentes, avec un avantage pour les défensives comme les biens de consommations ou la pharmaceutique à l'inverse des bancaires.

Sur le marché obligataire, le numéro deux bancaire helvétique anticipe des rendements en hausse pour les pays périphériques européens, tandis que le Bund allemand, considéré comme une valeur refuge, risque de s'enfoncer en terrain négatif. Le yen, le franc ou encore l'or feront vraisemblablement face à un regain de demande, à l'inverse des titres d'entreprises ou des emprunts subordonnés des banques ou des assurances.

L'établissement zurichois mise encore sur une perte de valeur de l'euro et de la livre sterling face aux autres monnaies de référence.

ASSÈCHEMENT DES LIQUIDITÉS

Pour le CIO d'UBS Mark Haefele, l'issue du scrutin britannique va entraîner immédiatement, dans le sillage de la publication des résultats, un assèchement des liquidités et une grande volatilité. Il faudra quelques jours avant que les marchés se normalisent. Les déclarations des responsables politiques et des banquiers centraux permettront d'y voir plus clair.

Le spécialiste du numéro un bancaire helvétique anticipe une action coordonnée des banques centrales pour soutenir le niveau de liquidités, avec des accords de swap de devises étrangères. L'état d'esprit dans lequel les autorités britanniques vont entamer les négociations avec leurs homologues européennes pourrait également avoir de l'influence, souligne la banque aux trois clés. Une ligne dure perturberait les marchés.

Les économistes européens ne prévoient pas un nouveau référendum sur l'appartenance à l'UE à court terme en raison d'un manque de majorité politique dans les pays concernés. Toutefois, le vote britannique va donner des ailes aux partis europhobes, analyse le CIO d'UBS.

Les marchés européens vont ouvrir sur une appétence du risque éteinte. Les cours seront marqués par la volatilité. Les entreprises britanniques tournées vers le marché domestique devraient continuer à sous-performer alors que les valeurs défensives et les sociétés internationales vont sans doute profiter de l'affaiblissement de la livre sterling. Un repli est attendu pour les actions européennes, notamment les financières.

La dette à haut rendement en euro devrait également connaître un recul à l'ouverture, selon UBS. Cette classe d'actifs devrait toutefois générer des rendements positifs dans un horizon de six mois. Au vu des incertitudes, la grande banque ne change pas de stratégie d'investissement.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."