Bilan

BNS: Une part plus élevée dans les actifs risqués

La force du franc permet à la Banque nationale suisse de détenir une part plus élevée de ses placements dans des actifs risqués que pour ses homologues européennes.

La part des placements en actions s'établit actuellement à 20%, selon le texte du discours tenu à l'occasion de l'apéritif annuel "Marché monétaire".

Crédits: Keystone

La force intrinsèque du franc permet à la Banque nationale suisse (BNS) de détenir une part plus élevée de ses placements dans des actifs risqués que pour ses homologues européennes, a assuré jeudi soir Andréa Maechler, responsable des marchés financiers, ainsi que des opérations bancaires et informatiques de l'institut d'émission. La part des placements en actions s'établit actuellement à 20%, selon le texte du discours tenu à l'occasion de l'apéritif annuel "Marché monétaire".

Le rôle diversificateur de ce type de placement est toutefois moins marqué en Suisse qu'à l'étranger. En cas de turbulences sur les marchés, les cours des actifs à risque a tendance à s'affaisser, tandis que la pression haussière sur le franc se renforce. Il en résulte une double peine pour la BNS, qui perd à la fois sur ses investissements en actions et sur ses réserves de devises, a expliqué la banquière centrale. L'accroissement des rendements se fait ainsi au prix d'une volatilité plus élevée.

Suppléant de la direction générale, Dewet Moser s'est pour sa part attardé sur la part américaine des placements en actions de la BNS, qui représentaient fin 2016 la moitié de ce genre d'investissements, soit près de 60 mrd USD. Cette somme représente ainsi un dixième des réserves de devises.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."