Bilan

Banco Popular vendue à Santander pour éviter la faillite

Les autorités européennes ont annoncé la vente immédiate, pour un euro symbolique, de Banco Popular, en déroute boursière, à sa compatriote Santander afin de lui éviter la faillite.

En difficulté depuis des mois, Banco Popular a perdu la moitié de sa capitalisation boursière en une semaine à la Bourse de Madrid. 

Crédits: AFP

Les autorités européennes ont annoncé mercredi la vente immédiate, pour un euro symbolique, de la banque espagnole Banco Popular à sa compatriote Santander afin de lui éviter la faillite.

Banco Popular, en déroute boursière, a été jugée mardi en état de "faillite ou de faillite probable" par la Banque centrale européenne (BCE), en accord avec l'article 18 du Mécanisme de résolution unique (MRU), a indiqué l'institution de Francfort dans un bref communiqué.

Il s'agit de la première décision de ce type pour la BCE, qui chapeaute le superviseur bancaire européen.

"La détérioration significative de la liquidité de la banque ces derniers jours a conduit à établir que l'entité aurait, dans un futur proche, été incapable de rembourser ses dettes ou d'honorer d'autres engagements à la date d'échéance", a expliqué la BCE.

Cette dernière a donc informé le Mécanisme de résolution unique (MRU), qui a adopté un plan "impliquant la vente" de Banco Popular à sa compatriote Santander, a poursuivi la banque centrale.

Un rachat par une grande banque semblait être l'option privilégiée par le patron de Banco Popular, Emilio Saracho. Le nom de Santander était évoqué, avec celui de BBVA.

Le MRU a pour sa part indiqué avoir transféré mercredi "toutes les actions et instruments de capital de Banco Popular vers Banco Santander", pour un euro. Cela signifie que la banque en souffrance "opérera dans des conditions normales de marché en tant que membre solvable et liquide du groupe Santander avec effet immédiat".

Sa présidente Elke König y voit la réussite de ce mécanisme, deuxième pilier de l'Union bancaire européenne mise sur pied pour assister les banques en difficulté. "La décision prise aujourd'hui protège les déposants et les fonctions critiques de Banco Popular. Cela démontre que les outils donnés aux autorités de résolution après la crise sont efficaces pour protéger l'argent du contribuable de la nécessité de renflouer les banques", a-t-elle estimé.

Septième banque espagnole par la capitalisation, Banco Popular souffre toujours du poids des "actifs toxiques" accumulés depuis la crise de 2008, des biens immobiliers saisis auprès de particuliers ou de promoteurs incapables de rembourser leurs emprunts. Revendus à perte, ils l'ont forcée à provisionner 5,7 milliards d'euros en 2016, causant une perte nette de 3,5 milliards.

En difficulté depuis des mois, Banco Popular a perdu la moitié de sa capitalisation boursière en une semaine à la Bourse de Madrid. Mercredi matin, la cotation du cours de Banco Popular était suspendue tandis que le titre de Santander, plus grande banque espagnole, gagnait 0,66% à 5,84 euro vers 08H00 GMT.

Luis de Guindos, le ministre espagnol de l'Economie, a salué dans un communiqué la résolution, y voyant une "bonne issue pour l'entité, étant donné la situation à laquelle elle était arrivée ces dernières semaines". Il a souligné que l'opération était menée "sans utilisation de ressources publiques et sans que se produise ainsi une éventuelle contagion entre risque souverain et bancaire, comme cela est arrivé par le passé".

"La situation actuelle est très différente de celle de 2012, étant donné la bonne santé de l'ensemble du secteur financier et de l'économie espagnole en général", a insisté le ministre.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."