Bilan

Aux Etats-Unis, les banques s'inquiètent d'une régulation internationale plus stricte

Les associations du secteur bancaire américain redoutent les conséquences négatives d'un durcissement des règles de stabilité financière. Le régulateur préconise que les banques mettent en réserve 16 à 20% de leurs actifs.

Les nouvelles règles qu'envisage le FSB viennent durcir l'arsenal en place, notamment les normes de Bâle III qui imposent aux grandes banques de conserver des capitaux de bonne qualité correspondant à 7% de leurs actifs.

Crédits: DR

Le lobby bancaire américain met en garde contre l'impact négatif d'un projet de réforme international visant à obliger les mégabanques à renforcer leur matelas de sécurité pour éponger des pertes éventuelles en cas de nouvelle crise.

Dans une lettre envoyée au Conseil de stabilité financière (FSB) et dont l'AFP a obtenu copie lundi, il enjoint à cette organisation internationale de modifier "significativement" son projet.

Le FSB, qui réunit banquiers centraux et experts de la régulation financière, a lancé en novembre des consultations qu'il espère voir déboucher d'ici la fin d'année sur l'imposition de règles de capital plus strictes pour les grandes banques mondiales dont l'effondrement menacerait le système financier tout entier.

Selon une première ébauche, il préconise que les banques concernées mettent en réserve l'équivalent de 16 à 20% de leurs actifs (pondérés par le risque). Une partie de ces sommes pourra être levée sous forme de dette, mais pour un montant n'excédant pas 33% du total.

D'un côté, les mégabanques américaines saluent l'initiative qu'elles qualifient de "pas en avant" pour en finir avec le "too big to fail", ces établissements financiers jugés trop gros pour être autorisés à faire faillite.

Mais elles font toutefois valoir que la nouvelle réforme "doit être plus claire, promouvoir la transparence (...) l'égalité entre juridictions et éviter des impacts non nécessaires sur les marchés".

"Il y a déjà des signes faisant état de tensions sur le marché interbancaire américain où les liquidités disponibles diminuent considérablement", observent les quatre principales associations - The Clearing House, Sifma, American Bankers Association et Financial Services Roundtable - regroupant le secteur financier américain.

Pour les banques européennes, les coûts liés à ce projet de réforme pourraient représenter jusqu'à 3% de leurs profits estimés pour 2016, selon Citigroup.

Les nouvelles règles qu'envisage le FSB viennent durcir l'arsenal déjà en place, notamment les normes dites de Bâle III, qui imposent aux grandes banques de conserver des capitaux de bonne qualité ("Tier 1") correspondant à terme à 7% de leurs actifs.

Aux Etats-Unis, la Réserve fédérale a en projet de contraindre les grandes banques à lever des fonds supplémentaires.

Depuis la crise des crédits à hauts risques "subprime", qui a obligé les Etats à mettre la main à la poche pour sauver nombre de grands établissements, une réflexion est engagée pour que les pertes futures de ces banques soient supportées par l'établissement lui-même et ses actionnaires et non plus par le contribuable.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."