Bilan

Apple profite de la fin du taux plancher pour emprunter en francs

Apple va émettre pour 1,25 milliard de francs d'obligations destinées à financer son programme de rachats d'actions. Ces produits financiers seront émis en Suisse afin de bénéficier des taux bas de la BNS.
  • Grâce au franc fort et aux taux d'intérêts bas, Apple pourrait financer à bas prix son programme de rachat d'actions.

    Crédits: Image: AFP
  • Emettre des obligations en francs avec des rendements faibles pourrait se révéler avantageux pour Apple, dont les titres resteraient attractifs alors que les taux des obligations publiques sont négatifs.

    Crédits: Image: Reuters
  • Emettre des obligations en Suisse permettrait d'éviter à Apple de devoir rapatrier ses bénéfices réalisés dans ce pays aux Etats-Unis, où une taxation de 35% serait appliquée.

    Crédits: Image: Keystone

Alors que les inquiétudes des entreprises suisses se multiplient face à la flambée du franc après l'abandon du taux plancher par la BNS, d'autres sociétés se frottent les mains. Et Apple sera du lot. La firme fondée par Steve Jobs s'est engagée voici plus d'un an dans un programme de rachat d'actions. Le financier Carl Icahn avait notamment fait pression sur le fabricant de produits high-tech pour accélérer sa mise en oeuvre.

Mais ce programme a un coût: 12 milliards de dollars d'endettement supplémentaire au printemps 2014, pour éviter de financer ce rachat de titres en puisant dans les fonds propres de l'entreprise. La firme a donc exploré d'autres voies. Et l'une d'entre elles se révèle particulièrement intéressante: contracter cette dette hors des Etats-Unis, afin d'éviter de devoir rapatrier sur le sol américain des bénéfices qui seraient lourdement taxés (à 35%). C'est ainsi que des emprunts ont été contractés en euros en 2014.

En partenariat avec Goldman Sachs et Credit Suisse

Et une nouvelle opportunité se présente depuis peu aux dirigeants de la marque à la pomme: des emprunts contractés en francs suisses. En effet, avec l'abandon du taux plancher et la mise en place de taux d'intérêts négatifs par la Banque Nationale Suisse (BNS), l'émission d'obligations en francs se révèle particulièrement lucrative pour les sociétés.

Apple va donc prochainement s'entendre avec Goldman Sachs et Credit Suisse pour émettre des obligations à maturité de 10 à 15 ans, avec un rendement fixé à 0,5%. Un placement attrayant pour les investisseurs, en dépit du taux très bas, car les obligations publiques sont actuellement mises sur le marché avec des taux négatifs. C'est au total 1,25 milliards de francs qui vont être levés en deux tranches avec les deux établissements bancaires (respectivement de 875 et 375 millions de francs) dès le 23 février 2015.

De nouveaux investisseurs touchés

Autre avantage pour Apple: explorer un nouveau marché et toucher de nouveaux investisseurs qui auraient pu être réticents à investir d'importantes sommes dans des obligations en dollars ou en euros. La force et la stabilité du franc suisse les ont donc incités à franchir le pas, élargissant la base des partenaires financiers de la marque à la pomme.

Sur la décennie à venir, le rendement réel de ces titres libellés en francs pourrait s'établir à 0,25%. Ce qui n'en ferait pas l'émission de titres la moins chère de l'histoire, mais s'en rapprocherait fortement, les records restant à Novartis et Swissgrid qui ont pu émettre des obligations avec un rendement plus bas.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."