Bilan

A quoi sert l'or dans le monde en 2014?

Des bijoux, des lingots, des pièces: l'or est le métal précieux le plus recherché au monde. Mais quels sont ses usages les plus importants? Le World Gold Council a publié récemment son rapport sur ce sujet.
  • Quels sont les usages les plus courants de l'or en 2014? Le World Gold Council fait le point.

    Crédits: Image: Alchemist-hp/CC-BY-SA/Wikimedia
  • La joaillerie reste le plus gros secteur consommateur d'or: 534,2 tonnes au 3e trimestre 2014.

    Crédits: Image: Amitsalla/CC-BY-SA/Wikimedia
  • Les fabriquants de composants électroniques ont vu leur demande exploser en trente ans: elle se chiffre à 67,4 tonnes au 3e trimestre 2014.

    Crédits: Image: DR
  • Les autres branches de l'industrie ont consommé 22 tonnes d'or au 3e trimestre 2014.

    Crédits: Image: NASA/Drew Noel
  • Les soins dentaires ont nécessité l'usage de 8,5 tonnes d'or au 3e trimestre 2014.

    Crédits: Image: DR
  • Au 3e trimestre 2014, 185,7 tonnes d'or ont été coulées en lingots.

    Crédits: Image: DR
  • Près de 35,4 tonnes d'or ont servi à frapper des pièces de monnaie au 3e trimestre 2014.

    Crédits: Image: DR
  • Au 3e trimestre 2014, 24,5 tonnes d'or ont servi à frapper des médailles et décorations.

    Crédits: Image: CNN

Quelques jours après le rejet massif par les électeurs suisses de l'initiative sur l'or de la BNS, et alors que les cours de l'or ont brutalement chuté suite à cet échec, il est intéressant de se pencher sur les différents usages que les détenteurs d'or peuvent faire du métal précieux. Le World Gold Council vient de publier son rapport sur les usages de l'or au troisième trimestre 2014.

Evidemment, il y a celui que les partisans de l'initiative  privilégiaient, soit d'en faire des lingots pour stocker cette valeur refuge, notamment dans les coffres des banques centrales (mais aussi des particuliers): la demande pour cet usage avait atteint 1388,5 tonnes en 2013, et elle s'élève à 613,2 tonnes sur les trois premiers trimestres 2014.

La frappe de pièces d'or a consommé pour sa part 125,5 tonnes d'or depuis le 1er janvier, contre un total impressionnant de 281 tonnes sur les douze mois de 2013. Les médailles et autres objets commémoratifs ont enfin nécessité 55,5 tonnes d'or depuis le début de l'année, contre 103,8 tonnes sur l'année 2013.

Joaillers et fabriquants d'informatique

Enfin, dans le domaine des placements et investissements toujours, les index trackers (ou ETF) marquent un très net recul depuis plus d'un an.

Autre important domaine pour la demande en or: la joaillerie. Les artisans qui fondent et préparent les bijoux ont utilisé 1621 tonnes d'or depuis le début de l'année. Une demande stable par rapport à l'année 2013 qui avait vu ce secteur consommer 2369,6 tonnes d'or en 365 jours.

Mais depuis plusieurs décennies, d'autres secteurs de l'économie sont devenus de gros consommateurs d'or. Les propriétés (notamment thermiques et électriques) de ce métal ont conduit les fabriquants de matériel informatique et notamment de microprocesseurs à intégrer des éléments d'or dans leurs produits. Les quantités sont certes infinitésimales pour chaque pièce, mais les volumes de production des objets faisant appel aux circuits imprimés et autres catalyseurs ont fait grimper la demande dans ce domaine depuis les années 1960.

Depuis le 1er janvier, 204,3 tonnes d'or ont été utilisées par les fabriquants de matériel électronique et informatique. Sur les douze mois de 2013, 278,8 tonnes avaient été utilisées dans cette branche. Les autres secteurs industriels ont pour le moment consommé 66,3 tonnes d'or en neuf mois, pour 93,1 tonnes sur 2013.

Une tendance nette à la baisse des volumes

Enfin, dernier grand secteur consommateur: les soins dentaires. Alors que les implants et autres prothèses dentaires en or s'étaient élevées à 36,3 tonnes d'or en 2013, ce sont déjà 25,9 tonnes qui ont été consommées cette année.

Au-delà de ces chiffres encore incomplets pour l'exercice 2014, on note dans tous les domaines (sauf pour les médailles et décorations) une nette tendance à la baisse des volumes (entre -4 et -27%).

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."