Bilan

“Les marchés n’ont pas encore touché le fond”

L’accalmie n’aura pas duré longtemps à Wall Street. Mardi, le Dow Jones a perdu 460 points. Historiquement, le mois de septembre est compliqué pour les marchés.

L’indice du Dow Jones a plongé de 1000 points un jour avant de reprendre 1000 points en 2 jours la semaine dernière.

Le mois d’août a été mouvementé à Wall Street. L’indice du Dow Jones a plongé de 1000 points un jour avant de reprendre 1000 points en 2 jours la semaine dernière. Et les les remous semblent loin d’être terminés à la bourse américaine. Le mois de septembre a débuté mardi avec une nouvelle baisse du Dow Jones qui a perdu 460 points, soit 2,8%. Le Nasdaq, l’indice des valeurs technologiques, a aussi perdu près de 3% mardi. Cette nouvelle chute ne laisse pas entrevoir de stabilité sur les marchés à court terme. “Septembre est connu comme un mois compliqué à Wall Street, explique Jeffrey Hirsch qui publie le Stock Trader’s Almanach. Mais ce qui se passe en ce moment est extrême et on nous n’avons pas encore touché le fond.”

Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette volatilité. “Vendredi, l’administration Obama va publier ses chiffres de l’emploi aux Etats-Unis pour le mois d’août, précise John Petrides, le directeur de Point View Wealth Management à Summit dans le New Jersey. Et le 15 septembre la Réserve fédérale américaine va décider si elle augmente ses taux d’intérêts inchangés depuis 2008. Le suspense n’est pas de savoir si elle va le faire, mais quand elle va le faire et combien. Et la publication des chiffres de l’emploi vendredi va probablement avoir impact sur son timing”.

Optimisme sur le long terme 

L’analyste s’attarde également sur la situation économique en Chine. “Les marchés sont anxieux vis-à-vis de ce qui se passe là-bas, poursuit John Petrides. Selon les estimations officielles, l’économie chinoise devrait croître de 7% cette année. Or, depuis novembre 2014, la banque centrale chinoise a déjà baissé ses taux d’intérêt 5 fois. Dans ce contexte, si l’économie chinoise devait vraiment atteindre une croissance de 7%, pourquoi aurait-elle besoin d’être stimulée par la banque centrale? Cela laisse supposer que soit les chiffres communiqués sont soit faux, soit la banque centrale cherche à manipuler les cours de la bourse chinoise”.

Jeffrey Hirsch ajoute qu’une chute sur les marchés n’est que rarement nette et claire. “Les remous se poursuivent souvent pendant quelques temps, glisse l’analyste qui s’attend à ce que les marchés commencent à rebondir entre la mi-septembre et la fin octobre. Le moment n’est pas encore arrivé avant que j’abandonne ma position défensive.”  John Petrides est plutôt optimiste sur le long terme. Il souligne que 67% des compagnies composant l’indice S&P des 500 plus grosses valeurs boursières, ont dépassé les attentes des analystes en matière de bénéfices “Les actions ne sont pas chères par rapport à ce qu’elles valent, conclut-il. L’inflation n’est pas haute et les taux d’intérêt sont bas.”

Jean-Cosme Delaloye

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."