Bilan

"Les banques sont capables de se réinventer"

Pour Olivier Calloud, directeur général de la banque privée Piguet Galland, trois nouveaux modèles d'affaires se dessinent dans le secteur bancaire.

Olivier Calloud, directeur général de la banque privée Piguet Galland.

Crédits: Keystone

La fin du secret bancaire fiscal ne signifie pas la fin de toutes les banques suisses. "Beaucoup de banques sont capables de se réinventer et de transformer leur modèle d'affaires", a indiqué lors d'une interview publiée lundi par "L'Agefi" Olivier Calloud, directeur général de la banque privée Piguet Galland.

"Avant, il y avait une approche opportuniste qui prédominait. On pouvait attirer des clients de tous les pays du monde dans une sorte d'apesanteur fiscale. Les banques doivent redécouvrir les lois de l'apesanteur", a-t-il déclaré. Si les établissements bancaires n'"ont pas l'énergie de réviser leurs modèles d'affaires ou la capacité de s'adapter, ils risquent de disparaître", a-t-il indiqué.

Trois nouveaux modèles d'affaires se dessinent. "Certaines banques se concentrent sur les ultra-riches, à partir de 10 ou 50 mio CHF", a indiqué Olivier Calloud. "D'autres banques ont une stratégie européenne", a-t-il ajouté.

Le reste "se concentre sur le marché suisse", a-t-il conclu, en ajoutant que ces établissements "ont un point d'entrée plus bas, 500'000 CHF d'épargne en ce qui nous concerne", a-t-il ajouté. La banque privée Piguet Galland, dont la Banque cantonale vaudoise est l'actionnaire principal, estime que "la clientèle domiciliée en Suisse est (son) moteur de croissance", selon son directeur général.

GESTION PATRIMONIALE GLOBALE

Cette stratégie onshore s'accompagne de "l'ambition d'accompagner le client avec un conseil patrimonial global", a-t-il confié. La banque privée propose ainsi des prêts hypothécaires et intègre le conseil fiscal dans ses prestations. "On va vers l'échange automatique et il y a fort à parier que cela s'appliquera aussi à l'intérieur de la Suisse", a expliqué Olivier Calloud.

La majorité de la clientèle de Piguet Galland est locale et la banque limite ses efforts commerciaux en Suisse. Elle compte à terme se déployer "sur Fribourg et le Valais", a confié Olivier Calloud.

La place financière suisse a "d'autres qualités à faire valoir" que le secret bancaire fiscal. "La Suisse est l'un des rares pays européens à traiter tous les marchés et toutes les monnaies", a-t-il cité. "Le pays bénéficie d'une grande stabilité économique, politique et législative qui fait de lui un refuge évident pour de nombreux clients originaires des pays de l'Est, de l'Asie ou du Moyen Orient", a-t-il ajouté.

Les banques devraient ainsi pouvoir faire face à la "réduction partielle des encours en raison du départ de certains clients ou des amendes à envisager". "Mais cela ne va pas les empêcher pour autant de rebondir", a-t-il conclut.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."