Bilan

«Etre heureux en ayant de l’argent ne va pas de soi»

Dans un ouvrage qui vient d’être publié, le Neuchâtelois Christian Junod aborde la question de l’argent, lequel renvoie à nos propres comportements.

Christian Junod a été conseiller en placements financiers auprès d’UBS.

Pendant dix-sept ans, il fut conseiller en placements financiers auprès d’UBS. Aujourd’hui, il sillonne la Suisse romande, la France, la Belgique et le Luxembourg pour animer des conférences et des ateliers sur le thème de l’argent. Le Neuchâtelois Christian Junod vient de publier un ouvrage intitulé "Ce que l’argent dit de vous?" .

Son objectif est d’amener les personnes à réfléchir sur le thème de leur relation à l’argent afin que cette dernière puisse prendre une forme pacifique.

 

L’argent reste-t-il un sujet tabou?

Si aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, l’argent est un thème valorisant, ce n’est pas le cas en Suisse, en France et en Belgique. Dans ces pays, le sujet reste tabou même si les jeunes générations semblent un peu plus à l’aise pour évoquer leurs salaires. De quoi ai-je peur en dévoilant ma rémunération ou ma fortune? Il vaut la peine de se poser la question.

Alors pourquoi avons-nous peur d’en parler?

Probablement parce que l’argent renvoie à notre propre histoire familiale, à nos comportements quotidiens, à notre peur d’en manquer. Il suscite aussi toutes sortes de projections comme la jalousie sur les individus qui en possèdent. La confiance en soi et envers les autres - sa famille, ses collègues de travail, ses amis - est la condition sine qua non afin de pourvoir en parler librement. L’argent paraît comme un thème neutre, mais il y en a peu d’autres pour rencontrer l’être humain dans une telle profondeur et une telle intimité.

Quelle part de nous-mêmes, l’argent dévoile-t-il?

La première chose qui me frappe, c’est la disparition de toute rationalité lorsqu’on parle d’argent. On peut être multimillionnaire et avoir peur d’en manquer. Plus que notre situation financière réelle, ce sont nos craintes et nos projections négatives qui dominent notre comportement vis-à-vis de l’argent.

Ce qui peut pourrir la vie…

Prenons la vie en couple. Il n’est pas rare que les deux partenaires fonctionnent différemment. Il y a celui qui a tendance à économiser. Il y a celui qui se fait plaisir et qui dépense. Un joli terrain pour des querelles. Dans un couple, c’est toujours l’autre qui a un problème, pas moi. Aucun ne travaille donc sur sa relation à l’argent. Dans les ateliers que j’anime, mon objectif est de faire prendre conscience que chacun d’entre nous a une relation à l’argent et qu’on peut modifier son comportement si celui-ci s’avère problématique.

Quels sont nos différents comportements face à l’argent?

J’en distingue trois. Il y a d’abord celui de «l’écureuil.» Il touche ceux qui ne pensent qu’à économiser. Il gâche sa propre vie et celle de ses proches. Il y a ensuite la catégorie des saboteurs. Elle concerne par exemple des indépendants qui ne facturent pas leurs prestations ou qui ne contrôlent pas les rentrées d’argent ou encore qui font mal leurs devis en comptabilisant pas des heures de travail. Par leur action, ils font courir un risque à leur entreprise. Il y a enfin le comportement dit des montagnes russes. Il affecte des personnes qui économisent pendant une certaine période, puis qui s’en débarrassent inconsciemment dans des dépenses inconsidérées.

Que retenez-vous de votre carrière à UBS où vous avez conseillé des clients fortunés?

Que l’argent ne fait pas le bonheur. C’est une réalité qu’on a tendance à oublier. Les riches se divorcent comme les autres, ils meurent de maladie, ils sont parfois dépressifs, ils se querellent en famille, surtout au moment d’une succession d’un parent décédé parce qu’il y a de l’argent à partager. Etre heureux en ayant de l’argent ne va pas de soi.

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."