Bilan

"Baleine de Londres": New York abandonne les poursuites

Les poursuites engagées en 2013 aux Etats-Unis contre deux traders de JPMorgan Chase accusés d'avoir masqué des pertes de plus de 6 milliards de dollars ont été abandonnées.

M. Martin-Artajo était notamment accusé d'avoir refusé que les pertes subies par Bruno Iksil apparaissent dans les documents.

Crédits: AFP

Les poursuites engagées en 2013 aux Etats-Unis contre deux traders de la banque JPMorgan Chase dans l'affaire dite de la "Baleine de Londres", ont été abandonnées, a indiqué vendredi le procureur fédéral du district sud de l'Etat de New York.

Les poursuites visaient le Français Julien Grout et l'Espagnol Javier Martin-Artajo qui étaient accusés d'avoir masqué des pertes de plus de 6 milliards de dollars dans des dérivés risqués de crédits européens en 2012.

Selon le communiqué du procureur, les autorités espagnoles ont refusé d'extrader M. Martin-Artajo en 2015 "et il a déjà été convenu que les tentatives d'obtenir l'extradition de France de M. Grout auraient été futiles".

Le procureur indique également que Bruno Iksil, un autre trader surnommé la "Baleine de Londres" pour l'ampleur des pertes qu'il a provoquées, devait témoigner dans un éventuel procès de ses deux collègues mais que "le gouvernement n'estime plus qu'il peut s'appuyer sur le témoignage de M. Iksil pour instruire cette affaire, même si M. Iksil comparaissait" comme témoin.

A la tête d'une unité londonienne de JPMorgan, M. Martin-Artajo était notamment accusé d'avoir fait pression sur M. Grout et d'avoir refusé que les pertes subies par Bruno Iksil apparaissent dans les documents transmis à la hiérarchie de la banque américaine.

M. Iksil lui-même a échappé aux poursuites aux Etats-Unis en collaborant à l'enquête des autorités américaines.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."