Bilan

150 millions réclamés dans l’affaire Madoff

En Israël, une association de bienfaisance, des universités et hôpitaux sont mis en demeure par la justice new-yorkaise et israélienne de rembourser l’argent de l’escroc, arrêté en 2008.

Le compte de Magnify se transforme en une "fontaine d'argent gratuit", rapportant à YHA des profits fictifs de 25% par an durant 25 ans, qui équivalent à 150 millions de dollars issus de la fraude.

Crédits: afp

L’affaire Madoff suit toujours son cours. Un montant de 150 millions de dollars de profits fictifs est exigé d’une association de bienfaisance israélienne, qui avait investi dans un fonds de Bernard Madoff. Mais elle a entre-temps reversé ces fonds à des universités, des hôpitaux et des centres de recherche en Israël. C’est ce que révèle Gotham City, la newsletter romande qui suit l’actualité d’affaires en piochant dans des sources judiciaires. Tout a commencé en 1983, quand un banquier français, Albert Igoin, avait placé 3 millions de dollars chez Bernard Madoff, via une société panaméenne appelée Magnify Inc. , explique Gotham City. Confié six ans plus tard à un avocat israélien, Yair Green, ce compte a pour objectif de financer une association de bienfaisance, la Yeshaya horowitz Association (YHA).

"Fontaine d'argent gratuit"

Albert Igoin décède en 1995. Le compte de Magnify se transforme en une "fontaine d'argent gratuit", rapportant à YHA des profits fictifs de 25% par an durant 25 ans, qui équivalent à 150 millions de dollars issus de la fraude. Trente-cinq ans plus tard, l'heure des comptes a sonné. Le liquidateur Irving Picard estime maintenant que ces profits fictifs doivent être reversés à la masse en faillite, pour permettre aux victimes de la fraude de récupérer leur mise de départ. « Le liquidateur a porté plainte à New York contre Magnify Inc, Kurt Brunner Yair Green et YHA en 2010, avant de compléter ses accusations dans une seconde plainte déposée en septembre 2017 », indique Gotham City.

Mais la majeure partie des fonds versés par Madoff à YHA ont entre-temps été reversés à des universités, des hôpitaux et des centres de recherche en Israël. Les Université Bar Ilan et Ben Gourion du Néguev, par exemple, ont touché 28 millions de dollars, tandis que l'Université hébraïque de Jérusalem recevait 36 millions. Dans sa plainte, Irving Picard accuse l'avocat israélien Yair Green d'avoir personnellement profité de la "fontaine d'argent gratuit" alimentée par Madoff: en retour des dons de YHA, l'avocat s'est vu attribuer des titres honoris causa et a été nommé au comité d'investissement de l'Université Ben Gourion.

De son côté, Yair Green a contesté les accusations du liquidateur et tenté de faire annuler la plainte, mais il a été débouté le 13 avril 2018 par la Cour des faillites de New York. Irving Picard a également déposé plainte en Israël, en 2015, pour réclamer le remboursement de 65 millions de dollars par les institutions bénéficiaires de YHA, selon Gotham City.

Bilan.ch

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."