Bilan

Josephine Byrne Garelli : «j’ose poser les questions»

Parce que plus d’égalité hommes-femmes c’est aussi plus de femmes dans les instances représentatives et dirigeantes, Femmes Leaders by Bilan vous propose chaque mois une rencontre avec une femme membre d’un conseil d’administration. De quoi inspirer de nouvelles candidatures ? Un texte réalisé en partenariat avec le Cercle Suisse des Administratrices.

Crédits: Mikel Naumann - Buzzmedia

Cette semaine rencontre avec Josephine Byrne Garelli.

Josephine Byrne Garelli est députée au Grand Conseil pour le district de Nyon depuis le 1er juillet 2017. Elle siège au Conseil d’administration de l’AVASAD (Association Vaudoise pour l’aide et soins à domicile) depuis 2014. Elle y préside la commission d’audit. En septembre 2018, elle a intégré le comité du Groupe de Placements PRISMA Previous. Elle a présidé l’Association de Communes Vaudoises entre 2013 et 2020.

Comment êtes-vous devenue administratrice ?

Mon chemin vers le rôle d’administratrice a débuté dans la vie associative. En 2002, j’ai repris la présidence de l’association de l’Entraide Familiale de Rolle. Dans cette fonction, j’ai intégré le Conseil de Fondation de la Côte. En 2000, je me suis engagée en politique, d’abord au Conseil communal de Rolle (j’y ai présidé le Conseil communal, la commission de finances, la commission de gestion), puis comme élue à la Municipalité dès 2011. Je suis particulièrement heureuse d’avoir co-présidé le groupe des Femmes Libérales-Radicales ayant préparé l’initiative Libérale-Radicale «Pour une école à journée continue». C’est grâce à de nombreuses activités associatives et politiques que je siège aujourd’hui comme administratrice.

Qu'est-ce qui vous intéresse le plus dans cette fonction ?

C’est très motivant de pouvoir influencer la politique d’une entreprise ou d’une entité parapublique. Les enjeux sont énormes et la responsabilité de l’administratrice est de les comprendre et les maitriser. Il ne faut jamais perdre de vue le cadre réglementaire et légal, c’est la «compliance». Les systèmes d’information et leur sécurité ainsi que la protection des données sont critiques. De plus, aujourd’hui il faut aussi s’adapter aux questions de l’éthique, de l’environnement, de la durabilité, de l’impact sociétal et de la gouvernance.

Quelles sont les compétences clés, et la valeur ajoutée que vous apportez au CA ?

Au début de ma carrière, j’ai travaillé comme infirmière aux soins intensifs. Cela m’a donné un sens aigu des responsabilités. Je comprends le système complexe qui est le corps humain et cela me donne de la facilité pour comprendre les structures organisationnelles. Une de mes compétences clés, au-delà d’un travail de fond sur les dossiers, c’est que j’ose poser les questions qui peuvent sembler ne pas avoir de l’importance mais qui dévoilent souvent une zone d’ombre au niveau managérial, ou au niveau des affirmations toutes faites. L’administratrice est là pour challenger la direction et tester les lignes stratégiques.

Quelles sont les difficultés de cette fonction, les défis que vous avez rencontrés ?

Quand vous rencontrez des difficultés et des défis, l’administratrice doit assumer ses responsabilités et s’engager pour construire des solutions.

Quelle est votre meilleure bonne pratique en termes d’obtention de mandat dans les CA ?

Sans doute, la création d’un réseau de personnes qui peuvent témoigner de mes compétences. Depuis 2015 je suis membre du Cercle Suisse des Administratrices et j’ai rejoint le Business Professional Women’s Club en 2016. Ces associations me donnent une visibilité dans les cercles de femmes d’influence. Malheureusement, ces femmes ne sont pas assez nombreuses. Dans le monde, seuls 7% de PDG sont des femmes, et 9% sont à la tête d’un Etat. Au niveau politique, 25% de sièges parlementaires sont détenus par des femmes. Or, les femmes représentent 50% de la population et elles ont les mêmes facultés et compétences que les hommes. Malgré leurs engagements et leurs aptitudes, la situation est encore difficile pour les femmes en Suisse.

Quelles sont les grandes préoccupations actuelles des organes stratégiques des entreprises ?

Les enjeux environnementaux, sociétaux et de gouvernance vont occuper les conseils d’administration et influencer les choix stratégiques ces prochaines années. Il faut également rester vigilant concernant les acteurs de demain dans son secteur. L’histoire économique récente montre que vous ne savez jamais d’où viendra la concurrence de demain. A cet égard, le cas d’Apple est parlant : aujourd’hui l’entreprise produit plus de montres que toute l’industrie horlogère Suisse. Le Conseil d’administration doit veiller en permanence sur les évolutions des concurrents potentiels qui, à priori, n’ont aucun lien avec son champ d’activité.

Que manque-t-il pour que les CA d'entreprises suisses comptent davantage de femmes ?

Historiquement, et pas seulement en Suisse, il y avait très peu de femmes dans les conseils d’administration. Dès lors, les hommes ne savaient pas nécessairement comment travailler avec elles. La nouvelle génération a connu des structures organisationnelles différentes avec un fonctionnement par équipe et par compétence. Cette nouvelle génération comprend la valeur des femmes.

Malheureusement, à un certain niveau, il y a encore une majorité d’hommes dans les postes clés. Avec autant de consommatrices que de consommateurs, il parait évident que le monde économique doit pouvoir bénéficier des compétences des femmes. Cela dit, la loi norvégienne est intéressante. Entrée en vigueur en 2003, elle fixe un quota d’au moins 40% de femmes dans les conseils d’administration. Le sujet a fait l’objet de débats houleux pendant près de 10 ans. Est-ce qu’il y avait assez de femmes compétentes ? Aujourd’hui, la polémique a disparu et les entreprises ont trouvé des administratrices. Ni la gestion d’entreprise ni la profitabilité ne semble en avoir souffert.

Bilan.ch

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."