Bilan

Administrer en apportant les bonnes compétences au bon endroit

Parce que plus d’égalité homme-femmes c’est aussi plus de femmes dans les instances représentatives et dirigeantes, Femmes Leaders by Bilan vous propose chaque mois une rencontre avec une membre d’un conseil d’administration. De quoi inspirer de nouvelles candidatures ? Un texte réalisé en partenariat avec le Cercle Suisse des Administratrices. Cette semaine rencontre avec Carole Zraggen Linser.

Crédits: DR

Carole Zgraggen-Linsen est au Conseil d’Administration d’Ecoservices, un bureau d’ingénieurs romand actif dans la sécurité au travail et l’environnement, dont elle est également membre de la direction. Géographe de formation, elle préside aussi le Comité de la Chambre de l’économie sociale et solidaire à Genève, un réseau d’entreprises à but lucratif et non lucratif qui met les impacts sociaux et environnementaux au cœur de son modèle d’affaires. Elle est également membre du Comité du prix IDDEA, membre du Comité Directeur du CAS en développement durable de l’Université de Genève et membre externe du Conseil académique de la HEG Genève.

Comment êtes-vous devenue administratrice ?

Il y a quelques années, j’ai rejoint une entreprise familiale qui se transformait en société anonyme et qui désirait étoffer son conseil d’administration. Mes collègues, des hommes, étaient déjà sensibles aux questions de la diversité. Pour eux, la mixité est source de richesse et d’équilibre dans un conseil d’administration, et je ne peux que leur donner raison !

Qu'est-ce qui vous intéresse le plus dans cette fonction ?

La pluralité des points-de-vue et la force collective du conseil d’administration, lorsque ses membres sont engagés et fournissent un travail de qualité. La mixité des profils apporte une plus-value. Du point de vue personnel, j’aime travailler sur plusieurs aspects de l’entreprise en tenant compte de son identité, de ses valeurs et de sa culture. On apporte des compétences au sein d’un conseil et en retour, on s’enrichit de nouvelles expériences et d’un nouveau réseau.

Quelles sont les compétences clés, et la valeur ajoutée que vous apportez au CA ?

J’apporte des compétences dans les domaines financiers, RH, sur les questions de durabilité et de changement. Mon approche systémique me permet de faire les liens entre différents aspects et montrer la cohérence des décisions face aux enjeux plus globaux. Comme je suis en contact avec des structures économiques qui fonctionnent sur des modes de gouvernance variées, j’apporte aussi une ouverture sur des solutions «hors cercle».

Quelles sont les difficultés de cette fonction, les défis que vous avez rencontrés ?

En étant à la fois dans la direction opérationnelle et le conseil d’administration d’une entreprise familiale, le plus grand défi est d’apporter les bonnes compétences au bon endroit. Si le conseil d’administration n’arrive pas à se saisir des enjeux clés, l’entreprise se coupe d’un levier important et a un risque accru en termes d’anticipation. L’autre risque principal pour les entreprises familiales c’est de rester dans une sorte d’autocongratulation et leur zone de confort.

De manière générale, ce qui va à l’encontre de la transparence, par exemple les agendas personnels et les alliances cachées me posent problème en termes de dynamique collective. L’intérêt de l’entreprise doit primer.

Quelle est votre meilleure bonne pratique en termes d’obtention de mandat dans les CA ?

Soigner son réseau et faire des choix. Il y a énormément de sollicitations qui permettent d’étoffer son réseau mais toutes ne sont pas pertinentes. En tant que femmes, nous sommes attentives à notre équilibre vie privée-vie professionnelle et choisir les cercles et les engagements qui sont utiles fait partie du maintien de cet équilibre. Faire des choix c’est aussi préciser son profil et devenir plus visible. Le Cercle Suisse des Administratrices est un excellent moyen de réseautage et de formation pour la fonction d’administratrice. J’ai suivi également plusieurs formations pertinentes au sein de l’ACAD, l’Académie des Administrateurs.

Quelles sont les grandes préoccupations actuelles des organes stratégiques des entreprises ?

Les préoccupations principales tournent autour de la gestion des risques et notamment celui lié à la réputation. Les aspects liés au changement climatique font leur apparition et sont traités autant comme responsabilité que comme opportunité. Le thème de la gouvernance est aussi sur la table car il est un des maillons essentiels de la transformation digitale, soit la question : Quelle organisation pour une meilleure efficacité et réactivité ?

Que manque-t-il pour que les CA d'entreprises suisses comptent davantage de femmes ?

L’augmentation du nombre de femmes dans les conseils d’administration se fera en parallèle avec la valorisation du rôle des femmes dans les différents cercles de la société : Partage des tâches au sein de la famille, congé parental, égalité salariale iront de pair avec l’ouverture des conseils d’administration. Donc l’effort à faire est global et concerne tous les secteurs et les genres, y compris la sphère privée et l’éducation des enfants.

Bilan.ch

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."