Bilan

Visilab change d'actionnaire majoritaire

Le géant européen Grand Optical prend le contrôle du leader suisse de l’optique. Interview de Daniel Mori, le CEO et fondateur de la société genevoise.
  • Daniel Mori, fondateur et CEO, reste en place.

    Crédits: DR
  • L'un des points de vente, ici celui de Genève-Balexert.

    Crédits: DR
  • La championne de ski Lara Gut et l'ancien champion Bernhard Russi sont des ambassadeurs de la marque leader sur le marché suisse de l'optique.

    Crédits: DR

Créée en 1988 par Daniel Mori, cousin de Jean-Philippe de Tolédo, l’enseigne Visilab a démarré avec la volonté affichée de bouleverser un marché suisse très cartellisé et peu orienté sur le service. Cette filiale du Groupe Pharmacie Principale Holding, groupe genevois actif dans le domaine de la santé depuis 1912, avait connu une forte expansion avec la reprise en février 1999 de la chaîne alémanique Kochoptik auprès du groupe Jelmoli (16 points de vente).

Voici quelques jours, on apprenait par la Handelszeitung que le géant de l’optique GrandVision, actionnaire à 30% du Visilab depuis 2007, venait de monter à 60%. Que cache ce changement d’actionnaire majoritaire ? Que faut-il en attendre ? Notre interview de Daniel Mori.

Pourquoi avoir ouvert le capital à GrandVision en 2007 ?

Daniel Mori : Il s’agissait de favoriser un paiement en actions plutôt qu’en cash. C’est intervenu lors du rachat par Visilab des six grands magasins idéalement situés de Grand Optical (à Rive pour Genève, sur la Bahnhof Strasse de Zurich, etc.).

Et pourquoi aujourd’hui, vendre un paquet supplémentaire de 30% ?

DM : Nous avions un accord portant sur 10 ans. Or, notre partenariat s’est extrêmement bien déroulé. GrandVision a souhaité augmenter sa participation. Nous avons été d’accord d’entrer en matière à condition que notre famille garde la responsabilité de la gestion.

Pourquoi GrandVision communique sur un chiffre d’affaire 2016 pour Visilab de 173 millions de francs alors que vous nous avions donné en début d’année un chiffre de 237 millions de francs ?

DM : Nous avons toujours annoncé un chiffre d’affaires brut, tandis que GrandVision communique sur le chiffre d’affaires net. La différence comprend la TVA et le différentiel entre les prix affichés et les rabais. Cela s’explique par le fait qu’à l’origine, en 1988, nous avions communiqué avec nos ventes brutes, d’autant que la TVA n’existait pas.

Pourquoi GrandVision parle de monter jusqu’à 79% en 2019 et pas à 100%, par exemple ?

DM : Nous tenons à ce que le Groupe Pharmacie Principale reste dans cette activité. Et GrandVision tient à garder un partenaire suisse pour gérer le marché suisse.

A plusieurs reprises, vous nous aviez informé que les membres de la famille avaient choisi de ne pas se verser de dividendes, est-ce toujours d’actualité ?

DM : Cela a changé dès 2007, lors de l’entrée dans le capital de GrandVision. Depuis lors, nous versons des dividendes et la récente montée en puissance de notre actionnaire ne va rien changer en la matière.

N’y avait-il personne de la 4e génération intéressée à rejoindre la direction actuelle de Visilab ?

Pas pour l’instant, mais il faut dire que nous les avons incité à faire des expériences à l’extérieur.

Des acquisitions sont-elles déjà prévues ?

DM : Je ne peux vous répondre précisément. Il n’y a encore rien de concret. Mais il est évident que la concentration du secteur va se poursuivre dans les cinq prochaines années.

Et quel devrait être votre chiffre d’affaires 2017 ?

DM : A fin août, il progressait de 5%. Nous espérons qu’il va se maintenir à ce même niveau.

 

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT À BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef adjoint à Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également esponsable du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."