Bilan

Van Cleef & Arpels de Richemont ne prévoit pas de réductions de postes

L'horloger et joailler français Van Cleef & Arpels, propriété du groupe Richemont, n'envisage pas de réduire le nombre d'emplois en Suisse ou ailleurs dans le monde.

Disposant actuellement de 118 boutiques, Van Cleef & Arpels compte en ouvrir "quatre ou cinq" cette année, a poursuivi M. Bos.

Crédits: Keystone

L'horloger et joailler français Van Cleef & Arpels, propriété du groupe Richemont, ne prévoit pas de réductions de postes en Suisse ou dans d'autres pays, a affirmé le directeur général (CEO) Nicolas Bos dans le quotidien "Le Temps" paru lundi.

Interrogé s'il envisageait de réduire le nombre d'emplois en Suisse ou ailleurs dans le monde, M. Bos a répondu: "pas du tout. Nous avons la chance de ne pas avoir d'outil de production conséquent".

Revenant sur le développement de la société, dont le chiffre d'affaires est estimé à 960 mio EUR en 2016 par Vontobel, le patron a indiqué qu'"une grande partie de notre croissance s'est faite géographiquement", sans divulguer de chiffre. "Il est vrai que la joaillerie s'est plutôt bien développée ces dernières années", a-t-il toutefois admis.

Disposant actuellement de 118 boutiques, Van Cleef & Arpels compte en ouvrir "quatre ou cinq" cette année, a poursuivi M. Bos.

Ce dernier a rejeté l'idée de développer des montres connectées. "Je ne vois pas de passerelles entre ce que je perçois du monde connecté et ce que l'on fait", a-t-il estimé, ajoutant toutefois qu'"une application de réalité virtuelle qui accompagne certaines de nos pièces pour visualiser des envols de papillons, ce n'est pas impossible".

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."