Bilan

Un hôtel grison lance le luxe «all inclusive»

Le Paradies, un établissement cinq étoiles à Ftan dans les Grisons, brise les codes du secteur avec une offre «tout compris» valable pour un séjour dès la fin de la haute saison.

L’hôtellerie haut de gamme propose habituellement des offres personnalisées et non standardisées.

Crédits: Dr

C’est une première helvétique. Niché à Ftan dans les Grisons, le cinq-étoiles Paradies lance une formule «all inclusive» qui s’étend à l’ensemblede ses services ainsi qu’à la restauration. Les hôtes de cet établissement de 23 chambres n’auront rien à débourser en dehors du forfait, ni pour le spa ni pour le guide de randonnée, pas plus que pour les alcools les plus fins. Une offre valable sur un mois, à partir du 19 août, dès la fin de la haute saison. Les prix ?

Une somme toute raisonnable pour la qualité promise: 410 francs par personne et par nuit en chambre double et 510 en chambre individuelle. Courante dans les hôtels et les clubs de vacances internationaux, cette formule «tout compris» appliquée à l’hôtellerie haut de gamme vient briser les codes du luxe.

«Le téléphone n’arrête pas de sonner. Nous avons visiblement créé un besoin chez certains groupes de clientèle», déclare Meike Bambach, directrice du Paradies. Formée à l’Université Cornell à New York, cette représentante d’une famille hôtelière de Hambourg a accumulé les mandats, de Beverly Hills à la Grande-Bretagne en passant par Hongkong. Les prix demandés pour la formule all inclusive lui permettent-ils de couvrir les coûts ?

«Notre ambition est de nous montrer généreux mais sans brader les chambres ni les services. Nous avons fait nos calculs dans l’objectif que chacun s’y retrouve, clients comme hôtelier. L’expérience gagnée lors de cette première édition nous servira pour calculer les prix d’une nouvelle offre lors de la saison d’hiver.» 

A son poste depuis neuf ans, Meike Bambach doit résoudre quotidiennement une difficile équation. En tant que cinq-étoiles, le Paradies maintient disponibles en tout temps de multiples services malgré sa taille modeste. Or, nombre de prestations restent très peu demandées. «Avec l’offre all inclusive, nous espérons que la clientèle en sollicitera davantage.» Le fait de ne pas signer une seule facture durant son séjour représente un important facteur de détente pour la clientèle, selon la directrice. La taille familiale de l’hôtel doit contribuer à éviter les abus. Les collaborateurs et les clients se connaissent vite tous, à la différence des grands ensembles où règne l’anonymat.

Pari gagné?

Le all inclusive doit-il devenir tendance dans l’hôtellerie de luxe? Selon Achim Schmitt, professeur en management stratégique à l’Ecole hôtelière de Lausanne, et Samrah AlShawi, coordinatrice du programme Master in Global Hospitality Business, l’offre du Paradies devrait rester un cas particulier. «L’expérience hôtelière de luxe se base sur une offre personnalisée et non standardisée. Dans l’industrie hôtelière pratiquant le all inclusive, la tendance est de multiplier les services annexes payants, afin de rendre l’offre plus attrayante et d’augmenter le chiffre d’affaires par client.» 

La demande d’une clientèle surinformée grâce à internet devient toujours plus sophistiquée et spécialisée, expliquent en substance les deux experts. Le défi pour l’hôtellerie haut de gamme est de trouver de nouvelles solutions qui lui permettront de proposer une expérience unique à des coûts rentables. Peut-être Meike Bambach est-elle en passe de relever ce défi avec son opération «tout compris» au Paradies? Elle a, en tous les cas, déjà largement gagné son pari par l’écho obtenu dans la presse alémanique, qui a dopé la notoriété de l’hôtel. 

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan et community manager pour le site bilan.ch, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."